Joint de culasse : tout ce qu’il faut savoir

Le joint de culasse assure l’étanchéité entre le bloc-cylindres et la culasse. C’est l’une des plus petites pièces du moteur mais aussi une des plus importantes. Il permet d’éviter que l’eau qui circule à l’intérieur du moteur ne vienne se glisser dans les cylindres. Ce dispositif est beaucoup redouté des automobilistes car la moindre défaillance peut coûter la vie à votre véhicule.

Quels sont les signes d’un joint de culasse endommagé ?

Le joint de culasse : ses risques

Lorsque qu’un joint de culasse cesse de fonctionner on dit qu’il claque. Cela arrive plus souvent que ce que l’on croit et voici les signes avant-coureurs à repérer :

  • Si à travers vos rétroviseurs vous apercevez une épaisse fumée anormalement bleue ou blanche provenant de votre pot d’échappement ce n’est pas bon signe. Arrêtez-vous le plus rapidement possible sous peine que votre véhicule soit victime d’un arrêt définitif et appelez immédiatement une dépanneuse.
  • Vous avez peut-être remarqué que votre moteur surchauffe dernièrement : pas de panique c’est probablement un problème de refroidissement mais dans le doute pensez bien à vérifier et à ouvrir votre capot.
  • Si au niveau des réservoirs du liquide de refroidissement et de l’huile moteur vous observez un effet “mayonnaise”, c’est à dire  une surface huileuse à la teinte marron cela signifie que votre joint de culasse n’est plus assez solide pour assurer l’étanchéité.
  • Si l’huile devient très clair alors ici aussi cela annonce que l’eau s’est mélangée à l’huile et donc que le joint de culasse ne permet plus l’étanchéité. De plus, si votre niveau d’huile est étonnamment bas cela peut également provenir du joint de culasse.

Vous pensez avoir un problème avec votre joint de culasse ? Ne l’ignorez pas car cela pourrait conduire votre véhicule à sa perte. La disparition de sa voiture est le pire scénario possible. Mais dans tous les cas, vous devez prendre soin

Comment prévenir et remplacer son joint de culasse usé ?

Comment prévenir un joint de culasse endommagé ?

Comment prévenir une défaillance ? Pensez de temps en temps à jeter un coup d’oeil sous le capot : c’est rapide et cela pourrait vous permettre d’éviter de nombreux désagréments. Autrement, ajustez régulièrement vos niveaux mais sans les surcharger. Évitez aussi de démarrer à froid votre véhicule. Ces conseils sont précieux mais malgré tout, le joint de culasse reste une pièce d’usure qui finira par s’affaiblir surtout si votre véhicule n’est plus tout jeune. En effet, en moyenne une voiture de 200 000 km est plus sujette à cette dégradation.

Tout d’abord sachez qu’il est possible de remplacer son joint de culasse soi-même. Cela requiert une excellente connaissance des véhicules mais aussi une méthode spécifique. On trouve de nombreux joints de culasse en vente sur internet. Cependant rien ne garantit que cette solution va fonctionner sur le long terme. Si la casse est limitée, vous pouvez acheter des produits à verser dans le moteur qui vont vous permettre de réparer au mieux le joint de culasse. A défaut de ne pas savoir exécuter ces tâches, il existe une autre option : faire changer son joint de culasse à l’aide d’un garagiste ou d’un autre professionnel de l’automobile.

A l’achat, la pièce est très abordable avec une fourchette de prix allant environ de 10 à 50 €. Vous vous dites certainement que ceci reste raisonnable ? Raté… Le coût de la main d’oeuvre est onéreuse. La manipulation à réaliser pour changer le joint de culasse peut durer des heures et contraint le professionnel à retirer le moteur pour pouvoir installer la nouvelle pièce. Ce n’est pas tout, selon la gravité, l’état du véhicule et le modèle en question, il se pourrait que le garagiste doit aussi s’occuper de la culasse. Il faut donc compter une enveloppe pouvant aller de 300 à 1500 €.

Un conseil ? Lors de l’achat d’un véhicule d’occasion pensez à bien regarder sous le capot.

L’entretien automobile en automne : conseils et astuces

L’automne est bien installé et l’hiver n’est pas loin. Ces saisons et les intempéries qui vont avec mettent votre véhicule à rude épreuve, surtout si ce dernier dort dehors. OhMyCar vous livre son guide de l’entretien en automne pour préserver votre voiture des agressions extérieures.

Les vérifications essentielles pour rouler en toute sécurité

L'entretien automobile en automne : vérification des pneus

Les conditions de circulation deviennent bien plus dangereuses en automne qu’en été. Aussi, bien inspecter vos pièces peut non seulement vous permettre d’anticiper d’éventuelles dépenses nécessaires, mais aussi de sécuriser vos trajets et d’en assurer le confort !

  • Contrôlez votre climatisation et votre filtre d’habitacle : après avoir été très sollicités en été, un petit nettoyage peut s’avérer fort utile pour préserver la bonne qualité de l’air à l’intérieur de votre véhicule et éviter les mauvaises odeurs.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de crasse ni de buée à l’intérieur de vos phares : de nuit, cela peut altérer votre éclairage et donc votre visibilité.
  • Contrôlez régulièrement la pression et l’usure de vos pneus. Le faire en automne est particulièrement important car les routes sont humides et l’adhésion de vos liaisons au sol peut s’en trouver altérée.
  • Dès les premiers froids, n’hésitez pas à laisser tourner le moteur 10 minutes au démarrage, surtout si c’est un diesel. Cela permet à l’huile de retrouver une viscosité suffisante pour ne pas mettre à mal votre mécanique.

Protégez votre voiture si elle dort dehors

L'entretien automobile en automne : rétroviseur infiltré d'humidité

Avec la saison automnale viennent les premiers froids que vos circuits électriques et vos caoutchoucs n’aiment pas, mais aussi l’humidité qui s’attaque à votre carrosserie et s’insinue dans votre réservoir pour engourdir vos injecteurs. Pour peu que votre auto ne dispose pas d’un garage et se voit obligée de rester dehors, les débris végétaux collants et envahissants peuvent s’insérer entre ses interstices et encrasser ses recoins, sans oublier la boue, favorisée par les intempéries. Cependant, quelques gestes et astuces simples peuvent prévenir de tels dégâts.

  • Bâchez votre voiture : une simple bâche imperméable peut la préserver de bien des agressions extérieures, en particulier si votre auto n’est pas de première jeunesse. En effet, les carrosseries des modèles d’une quinzaine d’années et plus sont moins résistantes à la corrosion et aux dépôts en tout genre que celles des véhicules récents.
  • Ne laissez pas le réservoir vide : faire le plein plus souvent évitera à l’air chargé en eau de s’infiltrer dedans.
  • Otez sans attendre les feuilles mortes qui sont tombées sur votre pare-brise, car elles peuvent glisser sous le capot et insinuer humidité et saleté dans le compartiment moteur.

Préparez-la pour l’hiver

L'entretien automobile en automne : voiture miniature dans la neige

L’échéance de l’entretien automnal est le moment idéal pour préparer votre voiture aux futurs assauts de l’hiver.

  • Faites vérifier et nettoyer le système de freinage avant l’hiver et ses verglas. Il est recommandé de réaliser ce contrôle tous les 10 000 km pour lui assurer une efficacité maximale. Faites remplacer au besoin le liquide de frein, et les pièces (disque, plaquettes) si elles présentent une usure trop importante ou un dysfonctionnement.
  • Vaporisez du produit anti-humidité sur les parties sensibles de votre système d’allumage. Cela peut vous éviter quelques mauvaises surprises au démarrage.
  • Appliquez un produit antirouille sur la carrosserie de votre voiture et sous le châssis. On l’oublie trop souvent alors qu’il est très exposé aux projections d’eau, de saleté et surtout de sels de fonte l’hiver. Aussi un petit traitement préventif contre ces agents corrosifs ne sera pas de trop. Vous pouvez également trouver des cires protectrices très efficaces en centre auto. N’oubliez pas d’effectuer un nettoyage impeccable avant !
  • Offrez à votre batterie une charge d’entretien. Cette opération doit être effectuée normalement tous les 6 mois. La faire avant les premiers gels l’aidera à résister au froid et à l’humidité qu’elle déteste par-dessus tout !
  • Aux premiers gels, appliquez de la glycérine sur vos caoutchoucs et joints de portières pour leur éviter de se rétracter et de craqueler. Pensez aussi à passer régulièrement de l’alcool à 90° sur vos essuie-glaces pour les protéger.

Bien choisir son liquide de refroidissement et le contrôler

Le liquide de refroidissement est essentiel au bon fonctionnement de votre moteur. Il évite tout risque de surchauffe et entretien les conduits. Encore faut-il bien le choisir et le contrôler assez régulièrement. Suivez le guide : l’équipe OhMyCar vous dit tout sur lui.

Liquide de refroidissement : à quoi ça sert et comment le contrôler

Jauge de température sur le tableau de bord

En raison de sa résistance aux pics de température (négatifs comme positifs), le liquide de refroidissement est très utile pour garder la température du moteur à un niveau constant, en évacuant la chaleur vers le radiateur. Il a également une fonction d’entretien : il nettoie et protège les parties métalliques des circuits de la rouille et des dépôts calcaires car il comporte des agents anticorrosifs.

Attention : malgré son nom, le liquide de refroidissement peut tout de même atteindre les 90 à 110 °C lorsque le moteur tourne. Aussi, il est indispensable d’effectuer toute vérification du niveau ou d’éventuelles fuites à plat, moteur éteint et froid. Pour faire l’appoint en cas de niveau bas, évitez de mélanger deux liquides de refroidissement de types et de couleurs différentes.

Un contrôle doit normalement être effectué tous les 3 mois, et une vidange intégrale du liquide est conseillée tous les deux à trois ans, car il perd de ses propriétés anticorrosion et se charge en particules. Protégez également votre peau et faites toujours attention à ce que cette substance n’entre pas en contact avec les muqueuses.

Comment choisir mon liquide de refroidissement ?

Types de liquides de refroidissement

D’abord, contrairement à une idée très répandue, on ne choisit pas forcément un liquide de refroidissement en fonction de sa couleur. De base, ce liquide est incolore. Ce sont les fabricants qui le colorent pour qu’il ne puisse pas être confondu avec d’autres liquides, car c’est un consommable dangereux.

Or il n’existe pas de norme en ce qui concerne les coloris des liquides de refroidissement. Aussi, si généralement les liquides minéraux de classe C “IAT” sont bleus ou verts, et les liquides organiques de classe D/G “OAT” (catégorie qui comprend les liquides de refroidissement universels) rouge, jaune ou orange, ce n’est pas toujours le cas. Il est possible de trouver des liquides organiques verts et vice-versa.

Il est donc extrêmement important de bien lire l’étiquette du bidon de liquide avant de l’acheter. Le type de liquide dont a besoin votre véhicule est précisé dans les préconisations constructeur de votre carnet d’entretien. Certaines marques recommandent des liquides spécialement conçus pour leur gamme. Les modèles récents nécessitent en général des liquides d’origine organique, qui sont moins complexes à recycler que les liquides d’origine minérale, et plus adaptés aux motorisations actuelles. Il existe également des liquides hybrides “HOAT”, plus onéreux, mais aussi plus performants, car ils gardent une efficacité optimale jusqu’à 5 ans.

Une fois que vous avez trouvé la bonne catégorie, il vous faut choisir le produit adapté à vos besoin. En effet, il existe plusieurs niveaux de résistance aux variations de température :

Le Type 1 concentré présente une température de congélation de – 15°C et une température d’ébullition de 155°C. Le Type 2 gèle à -18°C et bout à 108°C. Enfin, le point d’ébullition du type 3 est identique à celui du Type 1 mais son point de congélation est atteint à partir de -35°C. C’est ce dernier qu’il faut choisir si vous compter circuler dans des zones où les températures sont extrêmes.

Tout savoir sur l’airbag

L’airbag est un équipement de sécurité essentiel en voiture. En France, toutes les voitures sont équipées de ce coussin gonflable salutaire. Pourtant, il reste un organe méconnu de nos véhicules. L’équipe OhMyCar vous explique tout sur son rôle, son fonctionnement et son entretien.

Qu’est-ce que l’airbag ?

Disposition des airbags frontaux et latéraux

Concrètement, un airbag est composé d’une membrane, d’un générateur de gaz et de capteurs connectés à un boîtier électronique. Lorsque les capteurs détectent un choc violent à partir d’une vitesse minimum de 20 à 30 km/h, ils envoient les données au boîtier qui déclenche une explosion permise par une charge pyrotechnique, permettant ainsi au générateur de remplir le ballon. La membrane se déploie ainsi devant le conducteur ou le passager pour le protéger. L’opération se déroule extrêmement rapidement : l’airbag se déploie en 150 millisecondes. Il est toujours relié au prétensionneur qui tend et bloque la ceinture de sécurité afin de maintenir le passager contre le siège en cas de collision.

Il existe plusieurs types d’airbags.

  • L’airbag frontal, placé devant le conducteur et le passager avant, se dissimule dans le volant et la planche de bord.
  • L’airbag latéral se déploie depuis les côtés des sièges ou le plafond.
  • L’airbag aux genoux est particulièrement utile lors des impacts à grande vitesse.
  • L’airbag anti-glissement se situe directement dans le siège et empêche le passager de glisser sous la ceinture en bloquant la rotation du bassin.
  • La ceinture de sécurité gonflable, qui absorbe l’impact autour du passager, n’est généralement présente que sur des véhicules haut de gamme.

A savoir : tous les airbags ne se déclenchent pas en même temps lors d’un impact. Les capteurs se chargent de configurer leur chorégraphie en fonction du choc et de sa provenance. Si le choc est frontal, les airbags frontaux seuls s’ouvriront. Aussi, si un ou plusieurs airbags ne se déclenchent pas au moment du choc, ce n’est pas forcément dû à un dysfonctionnement.

L’entretien de l’airbag

Airbag dégonflé après crash-test

Un airbag n’est pas réutilisable. Une fois déclenché, il faut le remplacer. Le coût d’une telle opération est assez élevé, et varie selon le nombre d’airbags de la voiture, le modèle, et ainsi de suite. Aussi, la facture peut largement dépasser les 2 000 € pour le remplacement de cet équipement.

En France, les propriétaires de véhicules doivent faire contrôler leurs airbags tous les 10 ans. Il s’agit d’une mesure de précaution importante. En effet, si en pratique un airbag est conçu pour durer 15 à 20 ans, la membrane peut devenir poreuse sur certains modèles altérant ainsi l’efficacité du dispositif. C’est généralement lors du contrôle technique que les vérifications sont faites. Mais seule la partie électronique du système est examinée. Le fonctionnement mécanique quant à lui ne fait l’objet d’aucune obligation de contrôle. C’est pourquoi l’airbag ne remplace en aucun cas la ceinture de sécurité.

Les précautions à prendre

Airbag frontal passager avant

Si l’airbag est conçu pour protéger conducteur et passagers à bord d’un véhicule, il reste dangereux de par sa vitesse de déploiement qui avoisine les 250 km/h. Aussi, il convient de prendre quelques précautions pour qu’il reste votre allié :

  • Ne pas poser les pieds ni les genoux  sur la planche de bord ;
  • Garder une distance de sécurité comprise entre 20 et 30 cm avec le volant et la boîte à gants ;
  • Bien positionner sa ceinture afin que le prétensionneur fonctionne correctement et se relâche une fois l’airbag déployé ;
  • Désactiver l’airbag passager si un enfant de moins de 10 ans ne peut pas s’asseoir à l’arrière et doit prendre place à l’avant. Sans oublier de le réactiver une fois le voyage avec l’enfant terminé.

La désactivation de l’airbag peut être effectuée par le conducteur à l’aide d’une commande à clé (située dans la boîte à gants sur la plupart des modèles), ou par un garage agréé. En outre, plusieurs constructeurs comme Mercedes ou Opel proposent sur leurs modèles une fonction de désactivation de l’airbag frontal passager avec détection automatique du siège bébé.

Check-up printanier de sa voiture

Les beaux jours arrivent, vous avez déjà ouvert la saison du barbecue et vous planifiez les vacances d’été ? Pourquoi ne pas en profiter pour faire un check-up printanier de votre voiture afin qu’elle soit prête à parcourir les centaines de kilomètres qui vous sépare de votre destination finale où vous pourrez (enfin) vous détendre 😉 ? C’est une bonne idée n’est-ce pas ? Alors suivez le guide spécial lamecaniquepourlesfilles.com :

Nettoyage extérieur et intérieur

Le printemps est souvent synonyme de… nettoyage de printemps donc je vais vous parler du nettoyage de votre voiture ;). Il est important de nettoyer l’extérieur de votre chère titine surtout si vous roulez sur des routes enneigées l’hiver. Le sel déposé sur les routes est très corrosif et peut provoquer d’importants dégâts à votre voiture sur la carrosserie, le système de freinage, etc.

Un disque auto abîmé par le sel de l'hiver

La solution pour éviter que le sel n’abîme trop votre voiture ? L’eau ! L’hiver, je préconise d’aller en station de lavage car elles proposent des programmes qui permettent de bien nettoyer sous la voiture des zones difficiles d’accès. Si vous avez l’habitude de nettoyer votre voiture à la main, l’astuce est d’utiliser un arroseur rotatif ou oscillant :

L'arroseur roratif, idéal pour laver sa voiture

Le nettoyage extérieur n’exclut bien évidemment pas un nettoyage intérieur de votre voiture ;). Je trouve personnellement que les aspirateurs à disposition dans les stations de lavage sont très puissants et on peut, si votre intérieur n’est pas rempli de poils de chien, s’en sortir avec un nettoyage complet pour 3-4 euros 😉 Les conseils d’Ohmycar ICI !

Vérification pneumatiques

Le changement d’heure est un bon moyen mémotechnique de se souvenir qu’il est temps de changer ses roues / pneus, pour les automobilistes qui ne roulent pas en pneus toutes saisons. Lors du passage à l’heure d’été, titine chausse ses pneus… été (c’est bien, vous suivez;)). Si c’est votre cas, savez-vous comment bien stocker vos pneus pour ne pas les abîmer ? La réponse ICI.

Vous avez dû vérifier la pression des pneumatiques lorsque vous les avez changés et si ce n’est pas le cas, je vous conseille de vérifier la pression 1 fois par mois. Il faut savoir qu’un pneu bien gonflé augmente la durée de vie du pneu et vous fait économiser du carburant. Ce serait bête de s’en priver, n’est-ce pas ?

Il est conseillé de gonfler un peu plus les pneus si vous envisagez un long trajet, voiture chargée. Les indications sont dans la portière côté conducteur ou dans la trappe à carburant.

Vérifier la pression des pneumatiques est une bonne chose mais il ne faut pas non plus oublier de vérifier leur état ! Vous pouvez regarder ici ma vidéo tutoriel pour savoir comment contrôler l’usure d’un pneu :

Faire les niveaux

Un check-up complet de la voiture ne peut se faire sans une vérification des niveaux : huile, liquide de refroidissement, liquide de freins, liquide de direction assistée, lave-glace, etc.. Les vérifications doivent se faire moteur froid et sur un sol plat. N’hésitez à vous référer au manuel technique pour les recommandations du constructeur.

Vérification fonctionnement ampoules

Que votre voiture soit équipée d’ampoules halogènes ou de type LED, il est important de vérifier leur fonctionnement. N’oubliez pas que la visibilité est votre sécurité. Demandez à un proche de vérifier le fonctionnement de tous les feux de votre voiture pendant que vous les actionnez.

La trousse de secours

Les parents le savent bien, la trousse de secours est in-dis-pen-sa-ble dans une voiture quand les enfants sont à bord. Il y en a toujours un pour avoir un « bobo ». C’est le moment de vous équiper avant les grandes vacances, si ce n’est pas déjà fait ;). Vous pouvez soit acheter des trousses de secours prêtes à l’emploi en vente dans les centres auto et grandes surfaces soit la faire vous-même. Si vous êtes déjà équipé, pensez à vérifier la date de péremption des principaux produits liquides.

Quel professionnel choisir pour faire l’entretien de sa voiture ?

Beaucoup de femmes (et aussi certains hommes) ont une angoisse au volant de leur voiture… qu’elle ne tombe en panne ! Au cinéma, le «  coup de la panne » peut être romantique mais dans la vraie vie, c’est une autre histoire !  Pour éviter au maximum ce genre de déconvenue, il y a une solution : faire l’entretien de sa voiture régulièrement. Certaines opérations d’entretien courant, que je détaille dans mon article « Quel entretien de base faire sur sa voiture ? » peuvent être faites assez facilement par vos soins comme la pression des pneus, le changement des balais d’essuie-glace, la vidange, etc.. Certaines interventions plus techniques nécessitent le déplacement chez un professionnel. Mais auprès de qui se tourner ? Existe-il des garagistes spécialisés ?

Garagistes indépendants

Que ce soit pour faire une révision ou un changement de courroie, vous pouvez vous rendre chez un garagiste indépendant. Certains garagistes sont même spécialisés dans une marque constructeur. Il peut s’agir d’une bonne alternative si vous ne souhaitez pas vous rendre en concession et payer le prix fort. Beaucoup de personnes privilégient les garages indépendants pour la proximité et la relation de confiance qui peut s’installer. Depuis janvier 2017, les garagistes peuvent vous proposer des pièces d’occasion pour alléger encore davantage la facture.

Les centres auto

Comment faire la carte grise de sa voiture

 

Situés dans toutes les zones industrielles des villes, ils effectuent des opérations de service rapide : entretien climatisation, vidange, changement amortisseurs, pneus, etc.. Vous pouvez même y acheter la plupart des produits d’entretien, équipements (son, transport, etc.) et accessoires pour votre voiture dans leur magasin. La plupart des centres proposent un service de carte grise en ligne pour vous éviter de vous rendre à la préfecture pour un peu moins de 30 €. Certains centres-auto offrent aussi des cours pour faire l’entretien basique de sa voiture, apprendre à poser des chaînes, ou autres.

Les concessions

En plus de proposer des véhicules à la vente, les concessions sont « référentes » pour les problèmes techniquement pointus. En effet, les voitures possèdent de plus en plus d’électronique nécessitant des appareils de diagnostic que tous les garagistes indépendants n’ont pas forcément. Les pièces auto vendues en concession sont exclusivement des pièces neuves d’origine ce qui explique en partie les tarifs assez onéreux en atelier. Cf mon article « Quelles pièces détachées acheter ? »

Les self-garages

Le mécanicien répare la voiture dans son garage

Il s’agit de garages où vous pouvez faire vous-même les opérations de maintenance sur votre véhicule. Soit les mécaniciens disposent déjà d’un garage indépendant et proposent en complément une partie libre-service (pont, matériel et équipement à disposition) soit vous pouvez vous rendre chez un mécanicien qui ne fait que self-garage. C’est THE solution économique par excellence si vous avez le temps et les connaissances techniques. C’est également un bon moyen d’apprendre les bases en mécanique si vous débutez car les mécanos pourront vous guider sur place. Les self-garages ne vendent pas de pièces auto, vous devez donc au préalable acheter les pièces nécessaires sur Internet, en centre auto ou dans les concessions. Retrouvez la liste des self-garages en France : http://www.selfgarage.org/

Vous l’avez compris, le choix de vous rendre chez tel ou tel professionnel se fera en fonction de votre budget, du temps que vous pouvez y consacrer et de la réparation en elle-même.

Et vous, où avez-vous l’habitude d’aller faire l’entretien de votre voiture ?

Comment nettoyer l’intérieur de sa voiture ?

Autant pour le conducteur que pour ses passagers, monter à bord d’une voiture sale et mal entretenue n’est jamais très agréable. Mieux vaut donc nettoyer son auto régulièrement afin d’éviter l’accumulation de saletés. Avec OhMyCar, apprenez à nettoyer efficacement l’intérieur de votre véhicule !

Les moquettes et tapis de sol

Entretien moquettes et tapis de sol voiture

Contre la poussière

Le sol de votre voiture est souvent sujet aux saletés et a tendance à s’abîmer rapidement. Il est primordial de l’entretenir régulièrement afin de ne pas se retrouver avec des moquettes sales qui provoquent la corrosion du plancher. Afin de nettoyer la zone de fond en comble, commencez par retirer vos tapis de sol et secouez-les dehors. Passez ensuite l’aspirateur en utilisant un bec fin qui vous permettra d’accéder aux moindres recoins. Sachez que les stations de lavage vous fournissent le matériel afin de pouvoir nettoyer l’intérieur de votre voiture.

Contre les poils

Si votre voiture est envahie par les poils de votre animal de compagnie, utilisez une brosse ou un gant en caoutchouc et effectuez des gestes circulaires afin d’en venir à bout.

Contre les taches et les odeurs

En cas de taches sur vos moquettes, le bicarbonate de soude est votre meilleur ami ! Au lieu de vous encombrer de produits polluants, ce composé miracle vous permettra d’éliminer efficacement la saleté dans votre voiture. Saupoudrez vos moquettes de ce produit, laissez agir environ 30 minutes puis repassez un coup d’aspirateur. Un produit détachant spécial textile vous permettra aussi de nettoyer les taches. Pour encore plus d’efficacité, sachez qu’il existe des aspirateurs à injection-extraction, qui permettent d’éliminer les taches en profondeur. Le système injecte un produit nettoyant dans le tissu qui va venir éliminer la saleté. Ce type de matériel est disponible à l’achat ou à la location dans des pressings ou des teintureries. Il vous faudra prévoir beaucoup de temps pour cette opération, car son utilisation et le séchage peuvent durer une journée.

Les sièges

Entretien des sièges de voiture

En tissu

Tout comme le sol, un coup d’aspirateur fera le plus grand bien à vos sièges. Si les vôtres présentent des taches, vous pouvez utiliser du bicarbonate de soude ou un produit détachant pour textile, à disposer à l’aide d’une brosse dure.

En cuir

Pour des sièges en cuir tachés, passez un coup de chiffon en microfibre avec un peu de savon, mais sans utiliser d’eau. Il est important d’entretenir cette matière au quotidien si vous ne voulez pas voir apparaître des craquelures. Afin d’hydrater le cuir et l’assouplir, vous pouvez étaler dessus un corps gras tel que de l’huile de ricin ou d’amande. Si vos sièges se retrouvent desséchés, utilisez aussi l’astuce du lait de toilette pour bébé à la lanoline !

Les zones plastifiées

Entretien de l'habitacle, plastique de la voiture

Les voitures disposent généralement d’une importante surface plastifiée, qui a tendance à s’abîmer rapidement. Nous vous recommandons d’attaquer par le bas des portes, qui se salit plus facilement lorsque des personnes montent et descendent de votre voiture. Un produit vaisselle ou un détergent placé sur une éponge vous permettra de nettoyer ces zones sans problème. Afin de ne pas abîmer les équipements électroniques de votre tableau de bord, contentez-vous de passer un simple coup de chiffon en microfibre humide pour retenir la poussière. Afin de nettoyer efficacement les enceintes ou les grilles d’aération de votre voiture, une brosse à dents reste la meilleure des solutions. Une fois le produit nettoyant appliqué, rincez les zones à l’aide d’une éponge essorée, puis essuyez le tout à l’aide d’un chiffon doux. Pour un intérieur encore plus brillant, vous trouverez en centre auto des produits rénovateurs qui agissent sur les matériaux ternis.

Le plafond

entretien plafond de voiture

Tout comme les zones plastifiées, vous pouvez nettoyer le plafonnier de votre voiture à l’aide d’une éponge imbibée de détergent ou de liquide vaisselle. Attention à ne pas mettre trop d’eau sur la surface, ce qui pourrait à force décoller le plafond. Essuyez ensuite la zone à l’aide d’un chiffon en microfibre.

Les vitres

entretien des vitres de voiture

Des traces de doigts sur les vitres de votre voiture sont très vite arrivées. Afin de redonner de l’éclat aux vitrages, vous pouvez utiliser des lingettes spéciales en microfibre, disponibles en centre auto et en grande distribution. Pour un résultat parfait, terminez le nettoyage à l’aide d’un produit pour vitres, étalé à l’aide d’un chiffon doux.

Votre voiture est à nouveau propre comme un sou neuf ! Si vous voulez aller encore plus loin et avoir une auto qui brille de mille feux, nous vous invitons à consulter notre guide sur les différentes méthodes pour laver l’extérieur de sa voiture.

Les 6 points à contrôler sur sa voiture avant un long trajet

La voiture est chargée, la famille et / ou les amis également ; il ne vous reste plus qu’à prendre la route ! Quoique… Avez-vous pensé à faire quelques entretiens de contrôle sur votre voiture pour vous assurer d’arriver à bonne destination ? Heureusement, l’équipe OhMyCar vous indique les 6 points à vérifier rapidement afin de ne pas tomber en panne sur l’autoroute.

#1 – Etat et pression des pneus

Penchez-vous auprès des quatre pneus de votre voiture afin d’en vérifier l’usure. Pour cela, reportez-vous au témoin placé dans les rainures de la bande de roulement. En toute logique, plus le témoin est proche du pneu, plus ce dernier est usé. De manière générale, sachez que légalement, si la profondeur de la rainure est inférieure à 1,6 mm, alors il vous faut absolument changer votre roue. Vous ne voudriez pas risquer l’amende ?

Profitez-en pour retirer les éventuels cailloux, feuilles mortes ou autres qui se seraient logés dans les rainures du pneu puis, assurez-vous de leur bonne pression. Si vous ne connaissez pas la pression idéale des roues de votre voiture, reportez-vous à son carnet d’entretien, ou regardez simplement à l’intérieur de la portière conducteur.

Petit conseil bonus : si votre véhicule est très chargé, préférez partir en surgonflant légèrement les pneus de Titine.

#2 – Etat et pression des amortisseurs

Les amortisseurs de votre voiture vous garantisse non seulement une conduite sûre, mais également agréable. Aussi si un problème se fait sentir à leur niveau, alors ne prenez pas la route ; préférez vous rendre d’office au garage pour procéder aux réparations nécessaires.

Mais comment déceler des soucis au niveau des amortisseurs ? Quelques indices peuvent attirer votre attention lors de la conduite : si votre véhicule perd en tenue de route ou se déporte, que la distance de freinage s’allonge ou encore, que votre voiture rebondit après son passage sur un ralentisseur, alors il y a fort à parier que les amortisseurs soit en cause. De même, si vous constatez que vos pneus sont usés de manière irrégulière ou que vous percevez des bruits et claquements inhabituels, alors il est temps de vous rendre chez un garagiste !

#3 – Niveaux des liquides

Voyant du tableau de bord d'une voiture

Simples, rapides et absolument indispensables : ce sont les vérifications du niveau des différents liquides de votre voiture. Liquide frein, de refroidissement ou huile moteur, ces liquides doivent être vérifiés et leur niveau ajusté si besoin. Dans le cas contraire, vous pourriez aller au devant de lourdes pannes !

#4 – Date des dernières vidanges et révisions

Les constructeurs automobiles recommandent d’effectuer les vidanges et révisions après un certain nombre de kilomètres, variable selon les marques et les pièces concernées. Veillez à bien respecter ces préconisations afin d’éviter des pannes liées à l’usure et à la perte de qualité des liquides et pièces de votre auto.

De manière générale, la vidange de votre voiture doit être réalisée tous les 15 000 km. Si le voyant d’huile moteur vient à s’allumer sur votre tableau de bord, alors ajouter de l’huile devient une urgence !

#5 – Etat de la climatisation

Non contente de vous apporter un peu d’air frais durant les chaleurs estivales, la climatisation assure également la qualité de l’air que vous respirez dans l’habitacle. Pour ne pas risquer le développement de bactéries ou champignons liés à la saturation du filtre à particules, pensez à le remplacer tous les ans, et changer le liquide de climatisation tous les deux ans.

De même, si vous commencez à sentir de mauvaises odeurs en route, ou que de la buée persiste sur les vitres de votre auto, alors il est temps d’emmener celle-ci chez le garagiste.

#6 – Sécurité du conducteurs et des passagers

Les enfants doivent être bien attachées en voiture

Enfin, avant de prendre le volant, assurez-vous d’avoir une bonne visibilité. Des balais d’essuie-glace qui répondent au doigt et à l’oeil, un pare-brise propre et qui ne présente aucun impact, l’intégralité des feux en état de fonctionnement, sont autant de critères à vérifier. Enfin, toutes les ceintures doivent pouvoir s’attacher correctement et les sièges sont censés être bien fixés.

Comment bien préparer sa voiture à passer le contrôle technique en 7 points

Ça y est, le temps du contrôle technique est revenu pour votre véhicule. Vous souhaitez être sûr de bien préparer votre véhicule pour le passage de cet examen ? Notre checklist vous propose de faire le tour de votre voiture en quelques minutes pour diminuer au maximum les risques de contre-visite. Alors, on vise le sans-faute ?

Diminuer les risques de contre-visite

Lors d’un contrôle technique, ce ne sont pas moins de 124 points précis qui vont être vérifiés sur votre véhicule, par le garagiste. Parmi ces nombreux critères, certaines défaillances entraînent une obligation de réparation de votre voiture, et donc une contre-visite. D’autres caractéristiques défectueuses en revanche, s’avèrent moins graves et n’engendrent donc qu’un report de visite.

Aujourd’hui, OhMyCar vous propose de passer 15 minutes à tourner autour de votre voiture pour en faire un diagnostic, certes rapide, mais qui diminuera grandement le risque de perdre une fois de plus 45 minutes et quelques dizaines d’euros pour une contre-visite.

La checklist du passage de contrôle technique

Checklist contrôle technique automobile

#1 – L’immatriculation

Vérifiez tout d’abord les plaques d’immatriculation avant et arrière de votre véhicule. Celles-ci doivent être lisibles, sans détérioration et correctement fixées. Par ailleurs, vos plaques minéralogiques doivent être réglementaires, sous peine de devoir passer une contre-visite. Il existe deux types d’immatriculations réglementaires.

  • L’immatriculation de type FNI (XXXX AA XX) se compose de chiffres romains noirs sur fond blanc à l’avant, et sur fond jaune ou blanc à l’arrière. Si les plaques de votre voiture ont été posées avant le 1er janvier 1993, les caractères blancs sur fond noir sont acceptés.
  • L’immatriculation de type SIV (AA-XXX-AA) est celle en vigueur depuis 2009. Elle se compose de caractères noirs sur fond blanc, encadrés à gauche du logo “Européen” et à droite du logo régional.

#2 – La carrosserie

On continue sur le tour extérieur du véhicule avec l’état de sa carrosserie. Cette dernière doit être en bon état et ne pas comporter de partie saillante susceptible de blesser quelqu’un. Profitez-en pour vérifier que les portières, les hayons, le capot et le coffre s’ouvrent et se ferment correctement. En effet, imaginez que le capot de votre voiture ne s’ouvre pas au moment du contrôle technique : contre-visite assurée !

#3 – Les pneus et l’échappement

Il est maintenant temps de vous accroupir auprès des pneus de votre voiture. Vérifiez leur bon état général (pas de hernie, de déchirure ni d’usure irrégulière) et regardez s’il y a besoin de les changer. Pour cela, mesurez la profondeur des rainures de la bande de roulement, qui ne doit pas être inférieure à 1,6 mm. Pour rappel également : sur un même essieu, les pneus doivent absolument être de marque et de structure identique !

Profitez de votre vérification des pneus arrière pour constater l’état du pot d’échappement de votre véhicule, qui doit être correctement fixé (pas de scotch ni de ficelle, c’est de la triche) et non percé.

#4 – La visibilité

Penchez-vous sur votre pare-brise et scrutez-en la surface. Y a-t-il un ou plusieurs éclat(s) ? Si un éclat ou une fissure est situé dans le champ de vision du conducteur, ou s’il est plus large qu’une pièce de deux euros, alors vous devez impérativement remplacer votre pare-brise.

Profitez-en également pour vérifier vos essuie-glaces. Fonctionnent-ils correctement ? Laissent-ils des traces sur le pare-brise de votre voiture ?

Enfin, vérifiez tous vos rétroviseurs : extérieurs, intérieurs… Tous doivent être en bon état. Si vous ne pouvez vous voir dedans, alors il est grand temps de les nettoyer ou de les remplacer ! Assurez-vous également que les rétroviseurs soient correctement fixés.

#5 – L’habitacle

Installez-vous dans l’habitacle de votre voiture et attachez votre ceinture de sécurité. Fonctionne-t-elle correctement ? En est-il de même pour toutes les ceintures de sécurité de votre véhicule ? Sont-elles correctement réglées en hauteur ? Sont-elles bien fixées ? Ces vérifications de sécurité sont nécessaires pour éviter la contre-visite du contrôle technique.

De même, assurez-vous que les sièges soient tous correctement fixés, à l’avant comme à l’arrière. Si vous avez un siège bébé, enlevez-le de votre voiture avant de l’emmener au contrôle technique.

#6 – Les éclairages et signalisations

Tant que vous êtes dans l’habitacle de votre véhicule, faites éventuellement appel à une seconde personne pour vérifier le bon fonctionnement de l’intégralité des feux, à savoir :

  • feux de route ;
  • feux stop ;
  • feux de position avant et arrière ;
  • feux de croisement ;
  • feux de détresse (plus communément appelés “warning”) ;
  • clignotants avant et arrière ;
  • catadioptres latéraux et arrière ;
  • éclairage de la plaque d’immatriculation arrière de votre voiture.

Tout fonctionne ? Parfait ! Si tel n’est pas le cas, prenez la peine de réparer une ampoule ou un phare cassé avant d’emmener votre voiture passer le contrôle technique. Pour information, vous êtes légalement tenu d’avoir une ampoule de secours dans votre voiture.

Vérifiez enfin que votre klaxon remplit sa retentissante fonction !

#7 – Les freins

Enfin, il s’avère souvent utile de faire réviser le système de freinage de votre voiture. Ainsi, faites remplacer au besoin vos disques et plaquettes de freins par un professionnel avant de faire passer votre voiture au contrôle technique, si ceux-ci sont usés. De même, nous vous conseillons de vérifier le niveau du liquide de frein dans le réservoir.

Quand et comment changer votre filtre à gazole ?

Le filtre à gazole est une pièce essentielle de votre véhicule diesel. Vous devez porter une attention particulière à ce filtre, qui veille au bon fonctionnement du moteur et assure sa longévité. Avec OhMyCar, apprenez à le remplacer vous-même facilement !

A quoi sert le filtre à gazole ?

Afin de garantir la durée de vie de votre moteur, il est primordial de l’entretenir régulièrement, notamment en vérifiant l’état du filtre à carburant. Si vous roulez à bord d’un véhicule diesel, alors celui-ci est équipé d’un filtre à gazole, tandis qu’un filtre à essence se place sur une voiture essence. Lorsque vous utilisez votre véhicule, des particules s’accumulent petit à petit sur le réservoir de carburant, endommageant ainsi le moteur. Le filtre a donc pour rôle indispensable de filtrer ces impuretés, ainsi que l’eau contenue dans le gasoil.

Quand changer le filtre à gazole ?

Les moteurs diesel ont la particularité d’être plus sensibles que les moteurs essence à des problèmes techniques. Ainsi, un mauvais filtrage des particules peut avoir de graves conséquences pour votre véhicule. Contrairement au filtre à essence qui doit être remplacé tous les 40 000 km, le filtre à gazole requiert davantage d’attention et nécessite un changement tous les 20 000 km. Si vous sentez une perte de puissance de votre voiture ou des difficultés à relancer le moteur, c’est qu’il est aussi peut-être temps de changer le filtre.

Comment changer son filtre à gazole ?

Les outils nécessaires au remplacement

Pour effectuer cette opération il vous faudra :

  • votre nouveau filtre à gazole ;
  • des joints neufs ;
  • un bidon ou une bassine ;
  • une clé à douille ;
  • un tuyau ou un récipient en plastique.

Les étapes de remplacement du filtre à gazole

  1. Ouvrez le capot de votre voiture afin d’avoir accès au cache moteur. Retirez-le de son emplacement en dévissant les vis de fixation.
  2. Placez votre bidon ou bassine sous le véhicule et positionnez-y un tube afin d’évacuer le gasoil proprement dans le récipient. Vous avez aussi la possibilité de récupérer le carburant en plaçant un contenant en plastique sous la vis de purge du filtre.
  3. Une fois votre dispositif d’évacuation bien en place, vous allez pouvoir dévisser la vis de purge et attendre que le carburant contenu à l’intérieur de la cuve se vide complètement.
  4. Afin de libérer le filtre, débranchez les deux connecteurs d’alimentation de ce dernier. Faites très attention à ne pas faire entrer d’impuretés dans les deux tuyaux car cela pourrait endommager la pompe d’injection.
  5. Dévissez ensuite le couvercle du filtre à l’aide de votre clé à douille afin de pouvoir retirer celui usagé.
  6. Nettoyez l’intérieur de la cuve à l’aide d’un chiffon doux et propre.
  7. Remplacez le joint de la cuve puis placez-y le nouveau filtre.
  8. Refermez le couvercle de la cuve à l’aide de votre clé à douille
  9. Raccordez les deux connecteurs puis revissez la purge.

Avec votre nouveau filtre à gazole, vous allez pouvoir rouler tranquillement durant 20 000 km. Votre moteur vous dit merci !