La BMW M8 Compétition enfin dévoilée

Il y a un an, BMW annonçait son nouveau projet : la BMW M8. Le modèle vient officiellement d’être présenté. La BMW M8 Compétition est dévoilée en versions Coupé et Cabriolet. Il faut savoir qu’en France, nous aurons uniquement le droit au modèle M8 Compétition.

625 chevaux pour la BMW M8 Compétition

BMW M8 Compétition

Le véhicule de BMW a le droit à son V8 4.4 litres biturbo développant 625 chevaux et un couple maximal de 759 Nm. Le tout est ajouté à une boîte de vitesse automatique à huit rapports, une Steptronic. En 3,2 secondes les 100 km/h sont atteint pour le Coupé. Il faut un dixième de seconde de plus pour le Cabriolet. La vitesse maximum est limitée à 250 km/h mais il est possible de relever la bride à 305 km/h grâce à certaines options proposées.

LLa direction et le freinage ont également été retravaillés. De ce fait, la BMW M8 reçoit des freins composites et peut avoir en option du carbone-céramique.

Un modèle qui sort du lot

BMW M8 Compétition Coupé

Se déclinant en deux versions, le véhicule se différencie des autres modèles de la gamme grâce à ses allures agressives. En effet, nous retrouvons, à l’avant, des ailes élargies ainsi que des boucliers anguleux et ajourés permettant de grandes prises d’air. Le diffuseur intègre quatre sorties d’échappement rondes. A l’arrière, un petit becquet est greffé à la malle. La BMW M8 dispose d’autres spécificités comme des rétroviseurs profilés spécifiques ou encore des jantes de vingt pouces.

De nouvelles personnalisation de conduite

BMW M8 Compétition - intérieur

A l’intérieur, un tableau de bord numérique a pris place avec un dispositif tête-haute. Les affichages des écrans sont alors spécifiques à ces versions. De nombreuses commandes sont mise à la disposition du conducteur comme le fait de pouvoir choisir entre les trois modes de conduites pré-programmées (Road, Sport, Track). Ce dernier a également la possibilité de paramétrer différents éléments de la voiture comme le bruit à l’échappement, le ressenti de la pédale de frein ou encore la réponse du moteur. Pour faciliter le tout, BMW a permis de sauvegarder deux configurations personnalisées.

Le prix du coupé s’élève à 173 000€ et celui du cabriolet est de 181 000€, hors malus écologique.

Crédit photographies : BMW

Le best seller Audi A4 fait peau neuve

Voilà déjà quatre ans que l’Audi A4 cinquième génération a été commercialisée. Le constructeur automobile allemand a annoncé, il y a quelques jours, un changement de design. Le modèle se déclinera en plusieurs versions pour s’adapter au mieux aux besoins des consommateurs. Le lancement est prévu en automne 2019.

Une nouvelle recrue ressemblant à ses sœurs

Audi A4 de profil

C’est la première fois qu’Audi réalise un restylage aussi prononcé pour l’un de ses modèles. Inspirée des autres modèles de la marque, l’Audi A4 reste plus moderne et plus dynamique. Elle aborde un avant totalement remodelé avec une calandre plus large et plus plate, dont les dimensions varient selon les versions. Chacun des projecteurs, avant comme arrière, sont équipés de la technologie LED Matrix. À l’arrière, les changements semblent être moins visibles mais l’on remarque les feux. L’Audi A4 affiche fièrement un dessin inédit de ces derniers. Les ailes arrières sont plus marquées avec un épaulement creusé et le haut des portières sont plus lisses.

Un intérieur stylisé par une nouvelle interface tactile

Audi A3 intérieur

Les changements sont visibles à l’intérieur. Le plus frappant est le nouvel écran tactile MMI touch. Il reste au sommet de la console avec une taille imposante pouvant atteindre les 10,1 pouces. Ce dernier n’est donc plus commandé par une molette rotative mais bien par nos doigts. Il est simple d’utilisation et intuitif. Le cockpit a également été modifié. Il bénéficie désormais d’un affichage spécifique, avec un mode où il est possible de présenter le compte-tours sous la forme d’une barre horizontale graduée.

Le bestseller de la gamme : l’Audi A4 Allroad

Audi A4 Allroad

Audi veut distinguer les différentes versions de l’A4 notamment avec le SUV Audi A4 Allroad. Il fait peau neuve avec davantage de puissance et de technologie embarquée. Le but est de rester le bestseller de la gamme. Ce SUV reste le compagnon idéal pour le quotidien tout comme les escapades dans la nature. Il reprend bien évidemment toutes les caractéristiques de la nouvelle A4 tout en se démarquant par sa garde au sol plus importante et ses pneus à flanc hauts. Ce modèle est associé à un grand confort de conduite et une bonne qualité tout-terrain. Cela s’explique par ses suspensions spécifiques avec amortissements contrôlés, proposés en option. L’Audi A4 Allroad est présenté avec trois motorisations : un moteur essence et deux moteurs diesels.

Les prix de cette nouvelle gammes ne sont pas encore communiqués. Il faudra donc être patient encore quelques mois.

Crédits photographies : Audi

La Peugeot E-Legend : La reine du Mondial 2018

La Peugeot E-Legend a fait sa première apparition il y a quelques jours lors du Mondial, et au vu de son succès durant le salon, elle promet de faire beaucoup parler d’elle. Cette nouvelle concept-car annonce des fonctionnalités et des capacités inédites. On vous en dit un peu plus sur cette concept-car atypique !

Un design peut en cacher un autre

Le design de la Peugeot E-Legend

Parmi ces nombreux atouts, son design est certainement un des plus importants. En effet, au premier coup d’oeil, la E-Legend offre une silhouette incroyablement raffinée. Elle rappelle subtilement la 504 coupé, une voiture emblématique parmi les véhicules de collection. La 504 coupé, commercialisée en 1969, a vu sa production s’arrêter en 1983. Heureusement, le dévoilement de la E-Legend reprend certaines caractéristiques de la 504 coupé. Notamment, on retrouve à l’extérieur des vitrages imposants, des montants très fins et une vitre arrière en trois parties.

Une allure renouvelée

La Peugeot E-Legend et son allure atypique

Pour ce qui est des nouveautés, on observe une malle de coffre plongeante et un pare-choc flottant. Les portières sont dépourvues de poignées, dû à une ouverture des portes automatisée, ce qui donne une allure à la fois moderne et très fluide. Les rétroviseurs sont remplacés par des caméras discrètes annonçant une autonomie de conduite prometteuse. En termes de dimensions, la E-Legend atteint les 4,65 mètres de longueur, pour une faible hauteur représentative des coupés avec 1,36 mètre. Enfin, les jantes offrent une taille raisonnable de 19 pouces.

Un intérieur néo-rétro atypique

L'intérieur de la Peugeot E-Legend

À l’intérieur de cette concept-car, le style néo-rétro, d’ores et déjà visible à l’extérieur, se voit renforcé une fois installé dans l’habitacle. Le revêtement des sièges est entièrement en velours de soie, de couleurs bleu canard. Le plancher, offrant énormément d’espace pour les passagers, est de même couleur que les sièges, cette fois-ci en maille technique. Ce choix de couleur atypique se contraste élégamment avec le bois foncé présent sur les contre-portes et la commande centrale.

Des technologies à la pointe

La Peugeot E-Legend et son incroyable technologie

Dans l’habitacle, on comprend rapidement que la technologie est omniprésente, notamment grâce aux nombreux écrans. Le tableau de bord reprend les 3 cadrans iconiques de la 504 coupé, cette fois-ci ils sont entièrement numérisés. À l’avant, on observe aussi des écrans de 29 » sur les portières. De plus, les pare-soleils cachent également 2 écrans tactiles de 12 ». Et la cerise sur la gâteau, c’est l’écran central incurvé de 49 ». Il permet de projeter des images ou, pour plus de sensations, il est capable de visionner la route directement. Globalement, le design est raffiné et original, le tout avec un niveau de finitions remarquable.

Une concept-car autonome et électrique

L'autonomie à bord de la Peugeot E-Legend

Pour cette ravissante concept-car, l’autonomie est annoncée de niveau 4. Aussi disponible en mode de conduite classique, c’est en mode autonome que la E-Legend se révèle. Le volant et les trois cadrans disparaissent pour laisser place à un maximum de confort et d’espace. En terme de capacité, la motorisation 100 % électrique de 460 ch s’accompagne d’une batterie de 100 kWh, offrant une autonomie de 600 km. La possibilité de charge rapide permet une autonomie de 500 km en 25 minutes seulement.


Quel avenir pour la E-Legend ?

De par un design innovant entre modernité et vintage, et une technologie à la pointe, que ce soit en terme de motorisation et de confort, la Peugeot E-Legend regroupe de nombreuses qualités. Cette dernière promet de faire des merveilles sur le marché de l’automobile, encore faudrait-il qu’elle soit commercialisée un jour. C’est dans la bonne voie étant donné son incroyable succès lors du Mondial de l’Auto de Paris. Aucune date de commercialisation n’est au programme pour le moment. Mais une chose est sûre, elle a déjà conquis de nombreux fans lors de son exposition au Mondial 2018. 

Mercedes AMG GT S Roadster : la famille s’agrandit !

Le nouveau Mercedes AMG GT S Roadster à la couleur du soleil arrivera pile à l’heure pour l’été. Il prendra place entre les mythiques GT et GT C Roadster. Il ne manquerait plus que un GT R Roadster pour compléter le jeu des 7 familles.


Le chaînon manquant de la gamme GT

Le Mercedes AMG GT S Roadster arrive pour juillet 2018

Pour combler le puissant écart d’environ 100 ch, la gamme accueille le AMG GT S Roadster. Ici, le coupé bénéficie également du fameux V8 4.0 biturbo délivrant une puissance de 522 ch et 670 Nm. C’est plus que les 476 ch de la GT, et moins que les 557 ch de la GT. Cette capacité lui offre la possibilité d’abattre le 0 à 100 km/h en 3.8 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 308 km/h. Le petit nouveau se situe donc bien une fois de plus entre la GT qui elle passe le 0 à 100 km/h en 4 secondes tandis que la GT C le performe en 4 secondes. La boîte de vitesses est une double embrayage 7 rapports. Sur ce modèle aussi, la répartition des masses est équilibrée avec 47 % sur l’avant et 53 % sur l’arrière.

De la sportivité ou rien

Intérieur de l'incroyable Mercedes AMG GT S Roadster

Comme la version C et contrairement à la GT, le GT S reçoit un différentiel à glissement limité, la suspension adaptative AMG Ride Control, un dispositif d’échappement actif, des disques de freins avant de 390 mm, des disques de freins arrière de 360 mm, des jantes imposantes 19’’ à l’avant et 20’’ à l’arrière ainsi qu’un mode Race à utiliser pour les plus sportifs d’entre vous. Il existe 4 autres modes qui sont Individual, Confort, Sport et Sport Plus. En revanche, seules les roues arrières directrices ne sont pas reconduites dès l’entrée de gamme.

De série, le GT S Roadster propose une sellerie noire (cuir et microfibre) et des inserts chromés pour renforcer son agressivité. Ce n’est pas, le Roadster prévoit de chouchouter ses conducteurs avec ses sièges AMG Performance enveloppants. 

Sa grande entrée en concessions est prévue pour le mois de juillet prochain. Les carnets de commandes sont d’ores et déjà ouverts. Par la suite, on imagine bien Mercedes lancer le GT Roadster GT en finition R : affaire à suivre !

 

 

Salon de Pékin 2018 : la Nissan Sylphy se dévoile

Le stand Nissan du salon de Pékin 2018 présente une berline tricorps qui ressemble à s’y méprendre à une Leaf. Et pourtant, il s’agit bien d’un modèle inédit, baptisé Nissan Sylphy. Il est le premier véhicule 100 % électrique conçu pour le marché chinois par la firme nippone.

Nissan Sylphy : une Leaf tricorps

Nissan Sylphy : 100 % électrique présentée au Salon de Pékin

Nissan est, depuis plusieurs années, le leader mondial de la mobilité verte grâce à sa berline 5 portes Leaf, écoulée à plus de 320 000 unités à travers la planète. Jusqu’à présent, aucun modèle électrique ne s’est aussi bien vendu. De plus, le gouvernement de l’Empire du Milieu a annoncé vouloir favoriser ce type de véhicules à l’avenir. Le marché chinois représente tout de même 1.5 million de ventes. Nul doute que l’expert japonais y a vu un contexte favorable pour faire naître la Nissan Sylphy.

On constate très vite la filiation avec sa cousine Leaf. En effet, l’avant est, à quelques détails près, le même. Pourquoi changerait-on une équipe qui gagne ? C’est ce qu’a dû se dire l’équipe de designers de la marque. La différence majeure tient à la forme de la carrosserie. La Sylphy adopte le trois volume boudé par le Vieux Continent. L’empattement est légèrement élargi.

Perte d’autonomie face à la Leaf

Salon de Pékin 2018 : la Nissan Sylphy s'expose

Côté technique, Nissan reste assez discret. Le constructeur annonce une même plateforme pour ses deux engins électriques, mais ne livre aucune information concernant la motorisation de sa nouvelle berline. On suppose qu’elle sera basée sur celle de sa cousine. Pour rappel, la Leaf abrite un bloc électrique de 150 ch et une batterie lithium-ion de 40 kWh. Tout ce que l’on sait, c’est que l’autonomie de la Nissan Sylphy sera un peu moins bonne (338 km contre 378 km).

La berline tricorps est la première voiture électrique commercialisée sur une longue série. En effet, le japonais prévoit la sortie de 20 véhicules électrifiés dans les cinq prochaines années. Vaste programme, donc !

Quant à l’arrivée de la Nissan Sylphy dans les concessions chinoises, la date est incertaine, mais ce sera d’ici la fin de l’année 2018.

Place à la féroce BMW M2 Compétition

Quelques jours seulement avant sa présentation au Salon de Pékin, BMW dévoile son inédite BMW M2 Compétition. Au menu, légère évolution stylistique, nouveau bloc surpuissant, nouveaux freins. Une belle bête que nous avons hâte de découvrir.

Un 6-cylindres 410 ch dans le ventre

Intérieur de la BMW M2 dévoilé : plus de sportivité

La BMW M2 ne se contente pas de se badger le label Compétition mais elle a osé se greffer sous le capot le 6 cylindres 3 litres S55 de ses grandes sœurs : les M3 et M4. Pour cela, il a aussi fallu que la M2 Compétition installe le même système de refroidissement que ces dernières.

Grâce à ce nouveau bloc, la puissance passe de 370 ch à 410 ch, soit 21 ch de moins que ses grandes soeurs. En revanche, le couple est le même que ces dernières avec 500 Nm et un régime maximal de 7000 tr/mn. Rien d’anormal puisque tous ces modèles utilisent les mêmes boîtes de vitesses : manuelle à 6 rapports et robotisée à double embrayage 7 rapports. Avec cette dernière, le coupé performe le 0 à 100km/h en 4,2 secondes tandis que la manuelle met deux dixièmes de plus. En configuration standard, la vitesse de pointe atteint les 250 km/h. Mais le pack optionnel M Driver permet de jouer avec les 280 km/h.  

Ses nouvelles performances lui permettent donc de gagner en puissance mais pas de quoi détrôner ses grandes soeurs.

Côté freins, en série, il y a des disques avant de 380 mm et des disques arrière de 370 mm. En option, il est possible de disposer des 400 et 380 mm. Ce n’est pas l’unique chose qui a été retravaillée. En effet, la direction, le contrôle de trajectoire et les amortisseurs en plastique ont eux aussi été revus.

Léger restylage pour plus de sportivité

BWM M2 dévoilé : de la sportivité et un nouveau bloc

Quelques détails nous permettent de distinguer cette nouvelle version sportive de son ancien modèle. En effet, elle embarque de nouveaux rétroviseurs M, des feux avant adaptatifs, une calandre noire brillante et un bouclier avant redessiné. Des jantes 19’’ sont également en option tout comme les teintes Sunset Orange et l’inédite Hockenheim Silver.

A bord, on retrouve des inserts en fibre de carbone pour gagner en sportivité. Le bouton d’arrêt / démarrage du moteur adopte une couleur rouge vive, ici aussi cela renforce l’agressivité du véhicule. Des sièges baquets M Sport avec appuie-tête intégré et badgés du logo M2 sont en option.

Au rayon équipement, le groupe allemand n’a encore rien révélé. Nous en apprendrons certainement plus lors du Salon de Pékin qui arrive à grands pas.

La BMW M2 Compétition affiche un tarif de 66 950 €, soit une hausse de 2 400 € par rapport à la M2 standard. En vu des dernières nouveautés, cette augmentation est perçue comme raisonnable. Il faudra attendre la rentrée 2018 pour voir le modèle sur les routes. 

Chevrolet Camaro 2019 : c’est l’heure du restylage !

La sixième génération de la Chevrolet Camaro n’arpente pas les routes depuis bien longtemps et pourtant, elle s’offre déjà un lifting. Contrairement à nombre de restylages, celui-ci est bien visible. Avec une telle allure, la muscle-car est prête à défier la nouvelle Ford Mustang, son ennemie de toujours.

Une face avant complètement transformée

Chevrolet Camaro 2019 : nouvelle calandre

Ce nouveau restylage intervient tôt dans la carrière de cette sixième génération. Et ce n’est pas un hasard si l’agenda du relooking concorde avec celui de la Ford Mustang. Avec un concurrent au style rafraîchi, la Chevrolet Camaro se doit d’être au top de sa forme. Le résultat est frappant, surtout lorsqu’on lui fait face. Sa large calandre ressemble à une gueule prête à avaler quiconque se mettra au travers de sa route. Les optiques profitent d’un nouveau dessin, à l’avant comme à l’arrière. Cela confère à la bête un tout nouveau regard, encore plus vif.

Le restylage de la gamme Camaro augmente l’écart stylistique entre les versions quatre cylindres et V8. La différence principale se trouve au niveau du bouclier avant. Sur la V8, la partie centrale adopte un coloris noir. Seule une version ne profite pas du lifting, c’est la Chevrolet Camaro ZL1.

Chevrolet Camaro 2019 : de nouveaux équipements

Chevrolet Camaro 2019 : deux versions

Outre l’aspect esthétique, cette version inédite poursuit un autre objectif. Lorsque l’on retravaille les carrosseries, on a l’opportunité d’améliorer l’aérodynamisme. Chevrolet ne s’en est pas privé. Le constructeur déclare que tous ses designers travaillent en suivant le même mantra : embellir le véhicule oui, mais à condition que cela serve aussi aux performances.

La nouveauté ne s’arrête pas là : des équipements technologiques viennent compléter la dotation d’origine de la Chevrolet Camaro. On trouve notamment un système d’infodivertissement avec écran tactile 7 pouces et la reconnaissance vocale. La caméra de recul se voit optimisée. Enfin, l’offre intègre un système d’enregistrement des performances.

Côté motorisations, pas de changement : le quatre cylindres 2.0 turbo de 275 ch et le V8 de 453 ch restent au catalogue. Quant à la date de livraison de la sportive, elle n’est pas encore connue. Cependant, nous savons qu’elle n’aura pas lieu avant l’année prochaine.

Corbellati Missile : une bombe de puissance de 1 800 ch

Chaque année, le Salon de Genève est le théâtre des ambitions de nouveaux constructeurs, qui viennent se frotter aux ténors du milieu. Pour l’édition 2018, l’ancien joaillier Corbellati frappe fort avec une supercar prometteuse. OhMyCar vous emmène à la découverte de l’époustouflante Corbellati Missile.

Corbellati Missile : un look particulièrement rétro !

Corbellati Missile : design étonnant

En se baladant entre les stands du Salon de Genève 2018, un véhicule attire tout particulièrement l’attention. Il s’agit de la Corbellati Missile, une supercar imaginée par une start-up italienne. Elle étonne par ses courbes au style néo-rétro, qui rappellent les berlinettes des années 1960. Les plus nostalgiques seront séduits par ses traits proches de ceux de l’Alfa Romeo 33 Stradale. Elle emprunte aussi son look atypique à certaines Ferrari de l’époque. Ces influences retravaillées au goût du jour donne un ensemble étonnant, qui se distingue profondément de ce que l’on peut voir chez la concurrence.

Si l’on regarde dans les détails, le modèle exposé présente des finitions mal maîtrisées. On se dit que la supercar n’est pas encore tout à fait aboutie. Elle ne revêt pas encore son coloris rouge et affiche des jointures peu qualitatives. Pourtant, Corbellati promet un travail précis sur de nombreux points tels que l’aérodynamisme. Tant mieux, car c’est un passage nécessaire pour en faire une bombe de puissance ou, comme son nom l’indique, un véritable missile.

Verra-t-on s’afficher les 500 km/h au compteur ?

Corbellati Missile vue de l'arrière

Outre son allure originale, la Corbellati Missile attire tous les regards sur elle grâce à sa fiche technique impressionnante. Pour le moment, peu de détails sont communiqués, mais la promesse est grande. Pour son arrivée dans le monde automobile, Corbellati démarre au quart de tour. Le jeune constructeur italien se positionne en challenger : Bugatti, Pagani ou encore Koenigsegg n’ont qu’à bien se tenir. Il revendique une puissance maximale, capable de dépasser enfin la fameuse barre des 500 km/h, soit l’objectif ultime de tous les créateurs de supercar.

Pour y arriver, la firme lui offre un V8 9.0 biturbo développant 1 800 chevaux et 2 350 Nm de couple. On en sait malheureusement pas beaucoup plus, notamment sur la provenance de ce moteur dopé de puissance. On ignore également son poids sur la balance, mais au vu de sa composition en fibre de carbone, on table sur un poids plume.

Malgré ces belles promesses, on reste sur nos gardes avant de tirer notre chapeau à Corbellati. Nombre de petits constructeurs se sont déjà brûlés les ailes à force d’être trop ambitieux. En tout cas, on a hâte de voir ce que la Corbellati Missile donnera sur route.

Polestar 1 : une sportive hybride de 600 ch

Polestar est devenue une marque à part entière, la division sportive de Volvo. Elle est spécialisée dans l’électrique de haute performance et dévoile son tout premier modèle. Présenté à l’occasion du Salon de Genève, le Polestar 1 prend la forme d’un élégant coupé hybride : un véritable coup de maître !

Polestar 1 : un air de Volvo

Polestar 1 : nouveau coupé hybride ultra performant

A l’origine, Polestar s’occupait des modèles de courses de Volvo. C’est donc logiquement en 2017 que la marque s’émancipe pour se consacrer aux véhicules sportifs.

Le constructeur a pour ambition de devenir leader des sportives électriques ou électrifiées de hautes performances. Pour cette sortie, Polestar doit marquer les esprits. C’est en effet, ce premier véhicule qui déterminera en l’image de la marque. Pari réussi puisque le Polestar 1 fait l’unanimité auprès du public.  

Ses lignes sculpturales vous disent peut-être quelque chose ? Elles nous rappellent un ancien concept Volvo baptisé Concept Coupé. Ce n’est pas tout, les signatures lumineuses conservent elles aussi l’héritage Volvo. Mais rassurez-vous la calandre ainsi que le logo est bien 100% Polestar. Une chose est sur le coupé ne manque pas d’élégance

À bord, on se croirait presque dans un modèle Volvo. L’écran tactile vertical, le volant, les commandes ainsi que les matériaux sont similaires. Dommage, nous aurions aimé découvrir une exclusivité pour le coup d’envoi de Polestar. L’habitacle reste néanmoins ergonomique et agréable à regarder.

Premier modèle : belles performances

Calandre du Polestar 1 : nouveau coupé hybride ultra performant

Le Polestar 1 revendique appartenir à la catégorie des hybrides, mais c’est avant tout une sportive ! Il embarque un bloc thermique 4 cylindres 2.0 associé à un compresseur mais également à un turbo. De plus, il est équipé de la transmission intégrale. Cet ensemble développe une puissance de 400 ch. S’ajoute à cela, 2 moteurs électriques de 80 kW situés à l’arrière. Au total, le Polestar 1 développe jusqu’à 600 ch et 1000 Nm de couple. Le plus impressionnant ? Le constructeur annonce le 0 à 100 km/h en 3 secondes tout pile : de quoi vous décoiffer !

Sa batterie lithium-ion dispose d’une capacité de 34 kWh revendiquant une autonomie de 150 kilomètres en mode électrique.

Selon la marque, il sera possible de passer sa précommande à partir du 13 mars 2018. On sait déjà que 6000 clients potentiels se sont manifestés pour obtenir le coupé hybride. Cependant, Polestar déclare qu’ils seront en mesure de produire seulement 500 exemplaires par an. Quant aux livraisons, elles sont attendues aux alentours de mi-2019 en Europe. Les prix du Polestar 1 ne sont pas encore connus du grand public mais ils devraient tourner autour des 150 000 €. Attention, cette entrée annonce peut-être un rival de taille pour Tesla.

Salon de Genève : l’Aston Martin Lagonda Vision Concept étonne !

Au Salon de Genève 2018, Aston Martin a surpris son monde en dévoilant un concept inédit, qui rend hommage à la marque Lagonda. Celui-ci entend préfigurer l’avenir de la mobilité du segment luxe. Entre confort absolu et motorisation zéro émission, le britannique frappe fort. OhMyCar vous fait découvrir ce prototype innovant et plein d’ambition.

Une cabine cinq étoiles

Aston Martin Lagonda Vision Concept intérieur

Lorsque l’on pénètre dans l’habitacle du concept Lagonda Vision, on ne prend pas seulement place dans une voiture. On entre dans une véritable suite, qui rend hommage au confort des plus grands palaces. Le mariage des matériaux et la qualité des finitions nous en met plein les yeux. L’ambition d’Andy Palmer, chef de la direction d’Aston Martin, est clairement assumée : montrer que le luxe traditionnel et le design moderne peuvent donner naissance à de beaux ouvrages. 

À l’intérieur, on dispose d’une surface importante, permettant d’accueillir quatre adultes de grande taille. Les sièges en cachemire ultra douillets offrent la possibilité de s’allonger ; de quoi pleinement profiter des longs trajets. Les batteries électriques étant cachées sous le plancher, les designers ont pu réserver l’ensemble de l’espace supérieur aux passagers. Tout est pensé pour favoriser le confort. David Snowdon a apporté son expertise en termes de matériaux. Grâce à son génie, les pièces en fibre de carbone et en céramique se marient à la perfection avec les étoffes de soierie.

Afin de mettre l’agrément au premier plan, les designers d’Aston Martin ont d’abord conçu la cabine avant de s’attaquer au design extérieur. Ce dernier représente un travail de sculpture fin et précis. Les flancs sont taillés à vif dans le but de favoriser l’aérodynamisme.

Lagonda Vision Concept : le futur de la mobilité de luxe

Aston Martin Lagonda Vision Concept flancs sculptés

Outre cet look spectaculaire, l’Aston Martin Lagonda Vision Concept répond à une ambition plus globale. En effet, l’écurie anglais vise à bouleverser le segment du luxe en proposant des technologies de groupe motopropulseur zéro émission. Le constructeur n’a qu’une idée en tête : être pionnier dans l’électrification des modèles cinq étoiles.

Ce prototype tâte le terrain en prévision des futurs véhicules Lagonda, envisagés d’ici 2023. À l’image du concept, ces derniers devraient bénéficier de la conduite autonome de niveau 4. Les passagers avant pourront ainsi faire pivoter leur siège afin de profiter pleinement du confort de leur voiture. Celle-ci se chargera de les mener à bon port. Connectée, l’Aston Martin offre des services de conciergerie ultra exclusifs. L’objectif : permettre une expérience optimale et transformer la mobilité en un véritable plaisir.

Au niveau de ses performances, le concept ne se dévoile que très peu. On sait simplement que son autonomie devrait permettre un voyage Berlin / Vienne sans aucun arrêt nécessaire. Cela signifie que le constructeur anglais compte mettre tous ses ingénieurs sur la question des performances électriques. En attendant que ces projets se concrétisent, rendez-vous au Salon de Genève entre le 8 et le 18 mars 2018 pour découvrir le prototype.

Stand Aston Martin au salon de Genève 2018