La BMW M8 Compétition enfin dévoilée

Il y a un an, BMW annonçait son nouveau projet : la BMW M8. Le modèle vient officiellement d’être présenté. La BMW M8 Compétition est dévoilée en versions Coupé et Cabriolet. Il faut savoir qu’en France, nous aurons uniquement le droit au modèle M8 Compétition.

625 chevaux pour la BMW M8 Compétition

BMW M8 Compétition

Le véhicule de BMW a le droit à son V8 4.4 litres biturbo développant 625 chevaux et un couple maximal de 759 Nm. Le tout est ajouté à une boîte de vitesse automatique à huit rapports, une Steptronic. En 3,2 secondes les 100 km/h sont atteint pour le Coupé. Il faut un dixième de seconde de plus pour le Cabriolet. La vitesse maximum est limitée à 250 km/h mais il est possible de relever la bride à 305 km/h grâce à certaines options proposées.

LLa direction et le freinage ont également été retravaillés. De ce fait, la BMW M8 reçoit des freins composites et peut avoir en option du carbone-céramique.

Un modèle qui sort du lot

BMW M8 Compétition Coupé

Se déclinant en deux versions, le véhicule se différencie des autres modèles de la gamme grâce à ses allures agressives. En effet, nous retrouvons, à l’avant, des ailes élargies ainsi que des boucliers anguleux et ajourés permettant de grandes prises d’air. Le diffuseur intègre quatre sorties d’échappement rondes. A l’arrière, un petit becquet est greffé à la malle. La BMW M8 dispose d’autres spécificités comme des rétroviseurs profilés spécifiques ou encore des jantes de vingt pouces.

De nouvelles personnalisation de conduite

BMW M8 Compétition - intérieur

A l’intérieur, un tableau de bord numérique a pris place avec un dispositif tête-haute. Les affichages des écrans sont alors spécifiques à ces versions. De nombreuses commandes sont mise à la disposition du conducteur comme le fait de pouvoir choisir entre les trois modes de conduites pré-programmées (Road, Sport, Track). Ce dernier a également la possibilité de paramétrer différents éléments de la voiture comme le bruit à l’échappement, le ressenti de la pédale de frein ou encore la réponse du moteur. Pour faciliter le tout, BMW a permis de sauvegarder deux configurations personnalisées.

Le prix du coupé s’élève à 173 000€ et celui du cabriolet est de 181 000€, hors malus écologique.

Crédit photographies : BMW

Le best seller Audi A4 fait peau neuve

Voilà déjà quatre ans que l’Audi A4 cinquième génération a été commercialisée. Le constructeur automobile allemand a annoncé, il y a quelques jours, un changement de design. Le modèle se déclinera en plusieurs versions pour s’adapter au mieux aux besoins des consommateurs. Le lancement est prévu en automne 2019.

Une nouvelle recrue ressemblant à ses sœurs

Audi A4 de profil

C’est la première fois qu’Audi réalise un restylage aussi prononcé pour l’un de ses modèles. Inspirée des autres modèles de la marque, l’Audi A4 reste plus moderne et plus dynamique. Elle aborde un avant totalement remodelé avec une calandre plus large et plus plate, dont les dimensions varient selon les versions. Chacun des projecteurs, avant comme arrière, sont équipés de la technologie LED Matrix. À l’arrière, les changements semblent être moins visibles mais l’on remarque les feux. L’Audi A4 affiche fièrement un dessin inédit de ces derniers. Les ailes arrières sont plus marquées avec un épaulement creusé et le haut des portières sont plus lisses.

Un intérieur stylisé par une nouvelle interface tactile

Audi A3 intérieur

Les changements sont visibles à l’intérieur. Le plus frappant est le nouvel écran tactile MMI touch. Il reste au sommet de la console avec une taille imposante pouvant atteindre les 10,1 pouces. Ce dernier n’est donc plus commandé par une molette rotative mais bien par nos doigts. Il est simple d’utilisation et intuitif. Le cockpit a également été modifié. Il bénéficie désormais d’un affichage spécifique, avec un mode où il est possible de présenter le compte-tours sous la forme d’une barre horizontale graduée.

Le bestseller de la gamme : l’Audi A4 Allroad

Audi A4 Allroad

Audi veut distinguer les différentes versions de l’A4 notamment avec le SUV Audi A4 Allroad. Il fait peau neuve avec davantage de puissance et de technologie embarquée. Le but est de rester le bestseller de la gamme. Ce SUV reste le compagnon idéal pour le quotidien tout comme les escapades dans la nature. Il reprend bien évidemment toutes les caractéristiques de la nouvelle A4 tout en se démarquant par sa garde au sol plus importante et ses pneus à flanc hauts. Ce modèle est associé à un grand confort de conduite et une bonne qualité tout-terrain. Cela s’explique par ses suspensions spécifiques avec amortissements contrôlés, proposés en option. L’Audi A4 Allroad est présenté avec trois motorisations : un moteur essence et deux moteurs diesels.

Les prix de cette nouvelle gammes ne sont pas encore communiqués. Il faudra donc être patient encore quelques mois.

Crédits photographies : Audi

McLaren GT, la nouvelle sportive grand tourisme

McLaren dévoile sa nouvelle GT, pensée pour le grand tourisme. Commercialisée fin 2019, ce modèle ne délaisse pas la performance : son V8 biturbo développe 620 chevaux. Découvrez en davantage.

Une nouvelle venue dans la famille McLaren

La toute nouvelle McLaren Argus

En 2016, McLaren montre sa volonté de se diversifier en proposant une voiture, la 570GT, se voulant moins radicale tout en permettant aux conducteurs de voyager avec des bagages. Cependant, cette dernière n’a pas obtenu le succès attendu.

C’est au Salon de Genève 2019 que la marque anglaise annonce son nouveau modèle, à demi-dévoilée au début du mois d’avril. En amont de cette présentation il a été dit qu’elle serait la seule de la gamme à partager l’ADN de la Speedtail. Or, certains risquent d’être déçus de la voir moins performante que la supercar.

La nouvelle GT est désormais présentée au grand jour.

Place au design, parfois déjà vu

McLaren Argus intérieur

Lorsque l’on regarde l’avant du véhicule, nous reconnaissons la Speedtail avec des phares très fins. Le profil rappelle la 720S. Nous avons cherché la différence et l’innovation design de la GT et la voici : de larges prises d’air, totalement absentes de la sportive de la gamme.
Pour ce qui est de l’intérieur, elle peut compter sur un habitacle chaleureux et spacieux. Malgré ses 4,68m, la McLaren GT reste une deux places qui promet, malgré tout, de pouvoir transporter 570 litres de bagages. Elle bénéficie également d’une très bonne insonorisation et d’un raffinement accentué par le service de personnalisation.

Et côté mécanique ?

Le design de la nouvelle McLaren GT ressemble énormément a deux autres modèles de la gammes

Sachez le, on ne change pas une équipe qui gagne ! Repris à la 720S, son turbo V8, version 4.0 biturbo, voit sa puissance abaissée à 620 chevaux et 630Nm de couple à 5500tr/min. De quoi suffir à perdre rapidement des points sur son permis de conduire. L’atout de cette voiture : un poids de 1530 kg quand le pleins est fait quand beaucoup de ses concurrentes flirtent allègrement avec les 2 tonnes. De quoi assurer des performance de haute volée car le 0 à 200km/h est pulvérisé en 9 secondes.

Elle vous fait envie ? Foncez, elle est déjà disponible à la commande avec des premières livraisons à la fin de l’année 2019. Le tarif est annoncé à 163.000 livres sur le marché anglais et aux alentours de 200.000 euros chez nous.

Crédits photographies : McLaren

DS3 Crossback, le SUV premium à la française

Présenté lors du Mondial de l’Auto en octobre dernier, le DS3 Crossback y a fait une belle entrée en matière. Ce nouveau SUV premium semble marquer un tournant plus sportif pour la marque DS Automobiles, en succédant à la citadine DS3. Avant sa commercialisation début 2019, il est venu le moment de faire le point sur le design et les équipements de ce nouveau DS3 Crossback.

Un look à la française

DS3 Crossback : un look à la française

Tout d’abord, jetons un œil au design de ce SUV au style singulier. Son allure reprend quelques caractéristiques de son aîné, le DS7 Crossback. En effet, on retrouve les mêmes lignes sportives, notamment grâce à la calandre DS Wings et une haute ceinture de caisse, identiques sur les deux modèles. Cependant, le style du DS3 Crossback en fait un véhicule à part entière, marquant un raffinement à la française. On observe un travail subtil au niveau des optiques avant et arrière, avec par exemple des phares matrix LED et des feux de jour verticaux. On souligne notre véritable coup de cœur pour la barre chromée à l’arrière, qui relie les optiques entre eux. Le DS3 Crossback présente un look sportif et haut de gamme, sur à peine 4,12 mètres de long, soit 10 cm de moins que son principal rival, le Volkswagen T-Roc.

Un intérieur élégant

DS3 Crossback : un intérieur prestigieux

Une fois installé à bord du SUV, la surprise est plus qu’agréable. Encore une fois, certains caractéristiques ont été fortement inspirés du grand DS7 Crossback. À l’avant, la console centrale reprend nombreux codes stylistiques, avec par exemple, les aérateurs en forme de losange. Côté matériaux, le raffinement est de mise avec du cuir pour le volant et l’assise et des boutons chromés pour les commandes. L’assise est confortable pour tous les passagers, même si à l’arrière on manque un peu d’espace. Au niveau du coffre, le chargement peut atteindre les 350 L, ce qui est inférieur à la concurrence.

Des commandes 100% digitales

DS3 Crossback : des technologies innovantes

Pour obtenir le titre de SUV premium, la technologie à bord était primordiale. C’est pourquoi, DS Automobiles a misé sur des commandes 100% digitales. Les compteurs sont numérisés de série et ils sont accompagnés d’un affichage tête haute en couleur. L’écran central présente une surface de 10 pouces et les boutons de commande sont tactiles. Évidemment, les aides à la conduite sont de mise. Grâce au système DS Drive Assist, le DS3 Crossback obtient le niveau 2 en terme de conduite autonome. Ajoutons à cela, un régulateur de vitesse, un système de maintien dans la voie et le DS Park Pilot, pour le stationnement automatique. Enfin, dernier gadget exclusif :  le système de déverrouillage et de démarrage du DS3 Crossback via le smartphone. Vous l’aurez compris, DS Automobiles a mis la barre très haut en matière de technologies pour ce nouveau SUV premium.

Une commercialisation prévue début 2019

DS3 Crossback : une commercialisation courant 2019

Après un fort succès lors de son lancement au Mondial de Paris, le DS3 Crossback est bien parti pour séduire nombreux automobilistes. Ce SUV à la française présente de nombreux points forts liés à son esthétisme et son haut niveau de technologies. Mais le verdict sera vraiment complet lors de sa commercialisation, prévue pour début 2019, lorsque l’on pourra se mettre au volant de ce SUV citadin. En attendant, on connaît d’ores et déjà les différentes motorisations qui seront proposées. Le DS3 Crossback sera disponible en motorisation essence, entre 100 et 155 ch et en diesel entre 100 et 130 ch. Une version électrique sera attendue plus tard dans l’année 2019. Les prix débuteront aux alentours de 23 500 € et  atteindront 37 300 €., pour le meilleur niveau de finition.

Volkswagen T-Cross : dévoilement du plus petit des SUV allemands

Le 25 octobre dernier, Volkswagen a dévoilé son tout nouveau SUV : le T-Cross. Un nouveau modèle, qui est visiblement paré pour concurrencer les français Renault Captur et autre Citroën C3 Aircross. La rédaction d’OhMyCar vous en dit un peu plus sur le petit nouveau de Volkswagen.

Un air de famille dans l’allure

Le Volkswagen T-Cross : un air de famille dans l'allure

Le design du Volkswagen T-Cross est plutôt classique, aucune extravagance est à noter. Il est évident qu’il reprend de nombreux codes esthétiques de son aîné, le T-Roc. Sa partie avant est massive et les arches de roues sont bien marqués avec un revêtement plastique qui se prolonge sur les bas de caisse : des caractéristiques identiques au T-Roc.

À l’arrière, le design est un peu plus travaillé avec l’apparition d’un bandeau réfléchissant reliant les optiques arrière sur toute la largeur du coffre. Avec une longueur totale de 4,11 mètres, le T-Cross tient la place du plus petit SUV de la marque allemande.

Sécurité à bord

Le Volkswagen T-Cross : sécurité à bord

Volkswagen a opté pour le tout numérique ! Au niveau du poste de conduite, les compteurs sont désormais digitalisés, idem pour la planche de bord, qui propose une tablette tactile de 6,5 à 8 pouces en fonction du niveau de finition. Cette technologie à bord embarque aussi avec elle de nombreuses aides à la conduite, pour la plupart de série. On retrouve notamment le régulateur adaptatif, le détecteur de fatigue, l’alerte de franchissement de ligne… etc.

Toutes ces aides ont pour but d’augmenter la sécurité du véhicule et de la conduite. Autre avantage du T-Cross, la présence d’un chargeur par induction pour les smartphones.

Du confort pour tous

Le Volkswagen T-Cross : du confort pour tous

En terme d’ergonomie, le Volkswagen T-Cross a été particulièrement bien pensé. Tous les passagers bénéficient d’un confort et d’un espace raisonnables. Avec une garde au toit généreuse, une personne de taille adulte peut facilement s’installer à l’arrière. Gros avantage pour le T-Cross : sa banquette est coulissante, permettant d’agrandir l’espace de coffre.

Avec une capacité de chargement minimum de 385 L, le coffre propose 455 L une fois que l’on glisse la banquette. Et si l’on rabat les sièges arrière, on obtient un chargement maximum de 1280 L.

Une commercialisation début 2019

Le Volkswagen T-Cross : une commercialisation prévue pour avril 2019

Volkswagen compte bien gagner des places dans le segment très tendance des SUV. Et avec un cinquième SUV à son actif, la marque allemande montre bien sa volonté de proposer des véhicules tendances pour tous les goûts et tous les budgets.

Disponible à partir de 19 200 €, la commercialisation du T-Cross devrait débuter en avril 2019. Il semble bien que les Renault Captur et Peugeot 2008 ont du soucis à se faire car la concurrence sera rude !

La Peugeot E-Legend : La reine du Mondial 2018

La Peugeot E-Legend a fait sa première apparition il y a quelques jours lors du Mondial, et au vu de son succès durant le salon, elle promet de faire beaucoup parler d’elle. Cette nouvelle concept-car annonce des fonctionnalités et des capacités inédites. On vous en dit un peu plus sur cette concept-car atypique !

Un design peut en cacher un autre

Le design de la Peugeot E-Legend

Parmi ces nombreux atouts, son design est certainement un des plus importants. En effet, au premier coup d’oeil, la E-Legend offre une silhouette incroyablement raffinée. Elle rappelle subtilement la 504 coupé, une voiture emblématique parmi les véhicules de collection. La 504 coupé, commercialisée en 1969, a vu sa production s’arrêter en 1983. Heureusement, le dévoilement de la E-Legend reprend certaines caractéristiques de la 504 coupé. Notamment, on retrouve à l’extérieur des vitrages imposants, des montants très fins et une vitre arrière en trois parties.

Une allure renouvelée

La Peugeot E-Legend et son allure atypique

Pour ce qui est des nouveautés, on observe une malle de coffre plongeante et un pare-choc flottant. Les portières sont dépourvues de poignées, dû à une ouverture des portes automatisée, ce qui donne une allure à la fois moderne et très fluide. Les rétroviseurs sont remplacés par des caméras discrètes annonçant une autonomie de conduite prometteuse. En termes de dimensions, la E-Legend atteint les 4,65 mètres de longueur, pour une faible hauteur représentative des coupés avec 1,36 mètre. Enfin, les jantes offrent une taille raisonnable de 19 pouces.

Un intérieur néo-rétro atypique

L'intérieur de la Peugeot E-Legend

À l’intérieur de cette concept-car, le style néo-rétro, d’ores et déjà visible à l’extérieur, se voit renforcé une fois installé dans l’habitacle. Le revêtement des sièges est entièrement en velours de soie, de couleurs bleu canard. Le plancher, offrant énormément d’espace pour les passagers, est de même couleur que les sièges, cette fois-ci en maille technique. Ce choix de couleur atypique se contraste élégamment avec le bois foncé présent sur les contre-portes et la commande centrale.

Des technologies à la pointe

La Peugeot E-Legend et son incroyable technologie

Dans l’habitacle, on comprend rapidement que la technologie est omniprésente, notamment grâce aux nombreux écrans. Le tableau de bord reprend les 3 cadrans iconiques de la 504 coupé, cette fois-ci ils sont entièrement numérisés. À l’avant, on observe aussi des écrans de 29 » sur les portières. De plus, les pare-soleils cachent également 2 écrans tactiles de 12 ». Et la cerise sur la gâteau, c’est l’écran central incurvé de 49 ». Il permet de projeter des images ou, pour plus de sensations, il est capable de visionner la route directement. Globalement, le design est raffiné et original, le tout avec un niveau de finitions remarquable.

Une concept-car autonome et électrique

L'autonomie à bord de la Peugeot E-Legend

Pour cette ravissante concept-car, l’autonomie est annoncée de niveau 4. Aussi disponible en mode de conduite classique, c’est en mode autonome que la E-Legend se révèle. Le volant et les trois cadrans disparaissent pour laisser place à un maximum de confort et d’espace. En terme de capacité, la motorisation 100 % électrique de 460 ch s’accompagne d’une batterie de 100 kWh, offrant une autonomie de 600 km. La possibilité de charge rapide permet une autonomie de 500 km en 25 minutes seulement.


Quel avenir pour la E-Legend ?

De par un design innovant entre modernité et vintage, et une technologie à la pointe, que ce soit en terme de motorisation et de confort, la Peugeot E-Legend regroupe de nombreuses qualités. Cette dernière promet de faire des merveilles sur le marché de l’automobile, encore faudrait-il qu’elle soit commercialisée un jour. C’est dans la bonne voie étant donné son incroyable succès lors du Mondial de l’Auto de Paris. Aucune date de commercialisation n’est au programme pour le moment. Mais une chose est sûre, elle a déjà conquis de nombreux fans lors de son exposition au Mondial 2018. 

Dévoilement du nouveau SUV de Renault : Arkana

Fin août dernier, Renault était présent au Salon de Moscou. La marque française en a profité pour dévoiler son tout nouveau SUV coupé : le Renault Arkana. Pour le moment, les informations sont peu nombreuses mais déjà prometteuses. La rédaction d’OhMyCar vous dévoile tout ce qu’elle sait !

Une allure délicate mais robuste

Une allure élégante et robuste pour le Renault Arkana

Premier élément connu : le design. En effet, en découvrant les premières photos de ce nouveau SUV, apparaît une allure élégante associée à un certain caractère. On y retrouve un petit air de famille avec le Kadjar. En termes de dimensions, le Renault Arkana mesurera 4,55 mètres en longueur soit 10 centimètres de plus que le Kadjar et 1,80 mètre de large, soit 4 centimètres de moins que son aîné.

La ceinture de caisse est relativement haute, typique des SUV, très tendances ces derniers mois. Les optiques avant se dessinent en forme de C, dans la continuité du logo central. L’arrière de la voiture présente également un design raffiné. Avec une silhouette se rapprochant davantage d’une berline, on observe des lignes arrondies de la vitre arrière jusqu’à la base. On aime beaucoup le bandeau lumineux qui rejoint élégamment le losange, symbole de la marque. Malheureusement, Renault n’a donné aucune autre information concernant l’équipement et la motorisation.

Prix et commercialisation : peu d’informations disponibles

Les prix et la commercialisation du Renault Arkana

Pour le moment, les informations concernant la date de commercialisation et les différents modèles disponibles restent très vagues. Nous savons déjà que le Renault Arkana sera proposé dans les trois niveaux de finitions traditionnels de la marque française, à savoir : les versions Life, Zen et Intens. Malheureusement, aucune information sur les différentes options de ces modèles n’a été dévoilée.

Pour les prix, rien est encore certain, hormis une entrée de gamme qui débuterait aux alentours de 28 000 €. Un prix légèrement plus élevé que son grand frère le Kadjar. Quant à la commercialisation de ce nouveau SUV coupé, la présentation, fin août en Russie, n’était liée au hasard. En effet, l’Arkana a pour ambition d’inonder le marché automobile russe en priorité avec une commercialisation dès 2019. En Europe de l’Ouest, il va falloir être plus patient, car aucune information n’a été communiquée par rapport à une éventuelle commercialisation dans les mois à venir.

Une conquête mondiale pour Renault ?

Une commercialisation mondiale pour le Renault Arkana

Malgré le peu d’informations communiquées actuellement, le lancement de ce nouveau SUV français s’annonce encourageant. Renault a bien cerné la mode des SUV coupé et compte bien en profiter, en proposant une alternative plus qualitative au Kadjar. Si la stratégie du constructeur se concentre sur les pays émergents tels que la Russie, c’est que Renault souhaite affirmer une ambition mondiale pour cet Arkana. Avec un design soigné et un prix attractif pour son segment, le Renault Arkana pourrait bien se faire un nom sur le marché automobile mondial. Une affaire à suivre, que l’on attend avec impatience !

Fiat 500 série spéciale Spiaggina 58 et concept produit sur commande

Après 61 ans de carrière, la mythique Fiat 500 rend hommage à sa première série spéciale Jolly surnomée “la Spiaggina” avec une nouvelle série inédite baptisée Spiaggina 58 et un concept car ultra-chic !

Fiat 500 Spiaggina 58 : une série rétro et branchée à la fois

Fiat 500 série spéciale Spiaggina 58 : intérieur

Conçue pour célébrer le double anniversaire de la 500 et de sa première édition spéciale, inspirée par la Jolly de 1958, la Spiaggina 58 est uniquement proposée en configuration cabriolet. Sa livrée “Bleu Volare” soulignée par un liseré blanc, ses baguettes latérales, ses jantes 16 pouces vintage et sa capote beige lui confèrent un look résolument rétro et vitaminé, qui rappellent les couleurs de la plage, un parti pris de la marque. Un logo « Spiaggina 58 » à l’arrière et ses rétroviseurs chromés viennent terminer le tableau de cette série spéciale très réussie en termes de design.

A l’intérieur, une adorable planche de bord couleur carrosserie intégrant un écran central tout ce qu’il y a de plus moderne et un unique compteur rond digitalisé, une sellerie bicolore rayée grise et ivoire, et l’incontournable badge “Spiaggina 58”.

Si la demoiselle se donne des allures rétro, il s’agit bien d’une citadine dernier cri : au rayon équipement, on retrouve la climatisation automatique, les radars de recul, le système UConnect HD Live multimédia et navigation… Côté motorisation, la Spiaggina 58 se décline en deux petits blocs essence : un 1.2 69 ch et un Twinair 0.9 de 85 ch. Les prix de la belle ne sont pas encore connus, et pour cause : elle ne sera disponible qu’en septembre, et devrait être produite à hauteur de 1958 exemplaires seulement.

Un show car pour la plage, produit sur demande

Concept Spiaggina by Garage Italia

Mais Fiat ne s’arrête pas là : la marque s’est associée à Garage Italia et Pininfarina pour concevoir « Spiaggina by Garage Italia », un showcar exceptionnel qui sera produit sur demande. Basé sur une plateforme de 500C, le concept se passe de toit. Il est doté d’un court pare-brise nautique et d’un compartiment rangement sous une plage de transport en liège à l’arrière (comme sur le pont de certains yachts).

Équipée d’une mini-douche et d’une banquette 2 places recouverte d’une sellerie cuir passée au traitement waterproof, il s’agit de la voiture idéale pour une virée à la mer le temps d’un week-end ! Sous le capot, tous les moteurs proposés au sein de la gamme 500 sont disponibles. Fiat a aussi annoncé que les modèles commandés pourront être personnalisés selon l’envie du client. La marque signe ici encore et comme souvent un excellent coup de pub.

Opel dévoile son Combo Life / Cargo 5

Comme chez Peugeot et Citroën, Opel a décidé de concevoir un ludospace ambivalent : une version dédiée aux particuliers appelée Combo Life, et une déclinaison utilitaire nommée Combo Cargo.

Opel Combo Life / Cargo : un van multifacette

Opel Combo Cargo 2018

Si le Combo présente des airs de famille avec le Fiat Doblo, ce ne sera plus le cas à partir de la rentrée : PSA renouvelle tous les ludospaces de ses marques et bientôt, la fourgonnette à l’éclair se rapprochera bientôt davantage du Berlingo Van de Citroën et du Partner / Rifter de chez Peugeot auxquels il empruntera la plateforme EMP2. En réalité, le Combo Cargo 2018  reprendra la plupart des attributs de ses cousins, à l’exception du design à l’avant et du poste de conduite, qui porteront l’empreinte Opel.

La version utilitaire du Combo ne sera lancée qu’en septembre, contrairement à son équivalent Life qui ne devrait pas tarder à sortir sur le marché allemand, mais la marque a déjà dévoilé son pedigree en détail. Le Cargo sera disponible en deux tailles : une courte de 4,40 m et une longue de 4,75 m. La première bénéficiera d’une longueur utile de 1,80 m (contre 2,16 m pour la version XL), d’un volume de 3,8 m3 (4,4 m3 pour la version longue), et 1t de charge utile (idem pour la seconde déclinaison). Une version spéciale pouvant transporter cinq personnes sera aussi au programme.

Motorisations et équipement du Combo Cargo

Opel Combo Cargo : intérieur

Sous le capot, la palette du Combo Cargo se composera de 5 motorisations, toutes post-traitées SCR et chacune préparée pour le nouveau cycle d’homologation WLTP : 3 blocs diesel BlueHDi (75 ch, 100 ch, 130 ch) et de 2 essence issus du 1.2 Puretech (110 et 130 ch). Système Stop & Start et boîte automatique (EAT 8 rapports) figurent aussi au catalogue selon la configuration.

Ce millésime 2018 se devait d’offrir une expérience dernier cri, utilitaire comme quotidienne : interface d’infotainment compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, implémentée sur un écran tactile de 8 pouces, caméra de recul, système anti-collision avec détection de piéton et freinage d’urgence automatique, maintien dans la voie, contrôle de traction en descente, alerte de somnolence, reconnaissance des panneaux de signalisation et indicateur de surcharge ne sont qu’un échantillon de ce que l’on peut trouver à bord en termes de fonctionnalités embarquées.

 

La berline premium Volvo S60 dévoilée

Hors de question pour la Volvo S60 de succomber au charme des berlines façon coupé 5 portes. Elle affiche avec brio sa silhouette bien traditionnelle de berline tricorps. Marier élégance, sportivité, technologie et héritage, tel est le souhait de la belle. Physiquement, ce nouvel opus ne surprend guère mais allez donc faire un tour du côté des motorisations… Nous vous livrons toutes nos informations !

Des racines Volvo bien ancrées

Volvo S60 renouvelé : une berline premium

Pour Volvo, l’inauguration de sa nouvelle usine de production à Charleston (en Caroline du Sud) a été la parfaite occasion pour présenter sa berline premium : la S60. Cette dernière sera elle-même produite aux Etats-Unis. L’Amérique est sa cible principale, et ensuite suivra le Vieux Continent avec une commercialisation en France prévue pour le printemps 2019.

La famille est donc au grand complet puisque la S60 est la dernière à être renouvelée juste après le SUV XC60 et le break V60. Produite sur la même plateforme SPA que ces deux derniers, elle a logiquement repris les codes stylistiques de Volvo.

Nous avons donc découvert sa silhouette sans grande surprise. Elle reprend à l’identique la face avant du break et puise son inspiration, à l’arrière, chez sa grande soeur la S90 avec de grands feux étirés en forme de C. Seul changement, la plaque d’immatriculation est située sur la malle.

A l’intérieur, ce n’est pas non plus la révolution. On retrouve le même habitacle chaleureux que chez le XC60 et le V60. L’ADN Volvo domine. Sa planche de bord habite un écran tactile vertical qu’il est possible de connecter au système multimédia Sensus Connect.

Adieu le diesel : bonjour l’hybride

Intérieur de la Volvo S60

C’est du côté des motorisations que Volvo a décidé de nous surprendre. La berline S60 est le premier véhicule du groupe à ne pas présenter de diesel au catalogue. A la place, la belle présente 2 moteurs hybrides rechargeables à transmission intégrale : un T6 de 340 ch associant un 2 litres turbo à un bloc électrique arrière et un alterno-démarreur ainsi qu’un T8 de 390 ch basé sur le même dispositif. La boîte automatique à 8 rapports sera de série. Celles et ceux ne souhaitant pas se lancer dans l’hybride, pourront choisir entre 2 blocs essence : un T5 ou un T6.

Ce n’est pas tout, Polestar l’ancienne division sportive de Volvo, qui a pris son indépendance l’année dernière pour devenir une marque à part entière, inaugurera son label sportive sur la S60. En effet, la berline aura l’honneur de porter le nom de Polestar Engineered, destiné aux véhicules sportifs électrifiés de la nouvelle marque. Cette finition résolument sportive sera animée par un T8 Twin Engine de 415 ch et de 670 Nm de couple.

Côté équipements, la Volvo S60 compte bien faire le plein. Le constructeur insiste tout particulièrement sur son système de freinage d’urgence automatique dernier cri. De série, ce dispositif sera pour éviter tous types de collisions : piétons, cyclistes et gros animaux. La berline pourra aussi compter sur la conduite semi-autonome.

Toutes ces améliorations pour fêter ses 18 ans annoncent qu’elle est prête à concurrencer les plus grandes premiums : la BMW Série 3, la Mercedes Classe C et l’Audi A4.