Mondial de l’Auto 2018 : Les meilleurs SUV

Le mondial a touché à sa fin dimanche dernier, il est donc temps de faire le point sur les tendances et les modèles phares de ce salon mondialement connu. Parmi de nombreuses nouveautés, on retrouve le SUV en tête de classement. Ce dernier a su convaincre énormément de constructeurs et d’automobilistes. On fait le point avec vous, afin de vous présenter une sélection des meilleurs SUV du Mondial 2018.

1. L’Audi Q3

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : L'Audi Q3

Audi a bien cerné la tendance du SUV, le constructeur allemand a donc présenté pas moins de 4 SUV. Mais celui qui a retenu notre attention c’est le Q3, perçu comme étant un “mini-Q8”. En effet, cette version 2018 du Q3 reprend de nombreuses caractéristiques de son aîné. Avec une technologie de pointe présente dans tout l’habitacle et un design plus moderne, le Q3 et ses 230 ch promettent d’envahir les routes très rapidement. Le Q3 est disponible à partir de fin 2018, avec des prix allant de 30 930 € à 40 000 €.

2. Le Peugeot 3008 Hybrid4

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Peugeot 3008 Hybrid4

Alors que le 3008 connaissait déjà un franc succès depuis quelques années, Peugeot a lancé sa version Hybrid4 lors du Mondial 2018. Son design est très similaire à son grand frère, hormis quelques badges HY. Il se différencie essentiellement du 3008 originel de par son autonomie de 50 km en mode hybride. Le 3008 Hybrid4 dispose d’un moteur diesel de 163 ch et d’un bloc électrique de 37 ch. Cette motorisation particulière permet de rouler plus proprement, tout en préservant une bonne puissance. Il sera vendu à l’automne 2019 à partir de 45 000 €.

3. Le Seat Tarraco

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Seat Tarraco

La marque espagnole a également saisi la tendance du SUV pour présenter son premier crossover 7 places : le Tarraco. Il est doté d’un design musclé et élégant. Mais il est surtout le premier véhicule de la marque à posséder un intérieur largement accès sur le numérique.  Avec une motorisation allant de 150 à 190 ch, ce SUV sera certainement destiné à une conduite confortable et familiale. Les pré-vente pour ce modèle débuteront d’ici décembre 2018, mais son prix reste encore inconnu.

4. Le Mercedes GLE

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Mercedes GLE

Cette année, Mercedes a introduit la deuxième génération de son SUV premium : le GLE. Ce mastodonte de la marque a vu grand en offrant plus d’espace pour les 7 passagers ainsi qu’une technologie de pointe pour les commandes. Sa puissance reste de mise avec un bloc annonçant pas moins de 367 ch. Il devrait être disponible à la vente d’ici le début de l’année prochaine. Mais le prix qui s’annonce élevé, n’a pas encore été révélé.

5. Le Citroën C5 Aircross

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Citroën C5 Aircross

Citroën aussi, est présent dans la course au meilleur SUV grâce à son C5 Aircross. C’est bien une version alternative aux autres crossovers premium, puisque le C5 Aircross semble adopter une attitude plus confortable et un prix plus abordable. En effet, déjà sur le marché, il démarre à 24 700 € mais peut grimper jusqu’à 39 150 € en fonction de son niveau de finition. C’est d’ailleurs ce qui fait sa singularité : son niveau de personnalisation, notamment en termes de coloris intérieur et extérieur. Au niveau de la puissance, sa motorisation est disponible entre 130 et 180 ch.

6. Le Toyota RAV 4 Hybrid

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Toyota RAV4 Hybrid

La mode du SUV propre est également respectée par le constructeur japonais avec l’arrivée d’une version hybride du RAV 4. Dotée d’un tout nouveau look pour l’occasion, ce baroudeur est aussi un véhicule puissant. En effet, sa motorisation propose un équivalent de 222 ch. Il sera disponible sur le marché européen dès janvier 2019, avec des prix oscillants entre 34 950 € et 47 050 €. Avec un design musclé, et une conduite dynamique, l’aventurier nippon pourrait bien détrôner les SUV allemands.

7. Le Dacia Duster

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Dacia Duster

La filiale du groupe Renault surfe aussi sur la vague du SUV grâce à son désormais célèbre Dacia Duster. Ce dernier a fait peau neuve en 2018 avec un look plus soigné à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Sa motorisation, un peu légère, débute à 90 ch jusqu’à 125 ch. Mais c’est bien son prix qui lui vaut une place dans cette sélection, en méritant son titre de SUV le moins cher du marché. Avec une entrée de gamme démarrant à 11 900 €, il est très difficile de faire mieux.

8. Le DS3 Crossback E-Tense

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le DS3 Crossback E-Tense

DS a bien cerné la tendance du SUV et compte bien en profiter avec le lancement de son DS3 Crossback E-Tense. Ce dernier tire son épingle du jeu, non seulement grâce à son design exclusif et branché, mais aussi, grâce à une version 100% électrique. Sa batterie de 50 kWh permet une autonomie variant entre 300 et 400 km selon la conduite et le chargement. Avec un équivalent de 136 ch, le DS3 Crossback E-Tense devrait séduire de nombreux automobilistes en quête d’un SUV propre. Sa commercialisation devrait débuter courant 2019.

9. Le Lamborghini Urus

Les meilleurs SUV du Mondial 2018 : Le Lamborghini Urus

Et le meilleur pour la fin ! Lamborghini a également souhaité s’introduire dans le segment très prisé des SUV. En revanche, le constructeur italien adopte une position très haute de gamme. Disponible depuis le printemps 2018, l’Urus a aussi fait son effet lors du Mondial de Paris. En effectuant un 0 à 100 km/h en à peine 3,6 secondes, l’Urus présente une puissance hors du commun pour un SUV. Sous le capot, on trouve pas moins de 650 ch, encore une fois, peu courant pour un SUV. Cependant, il faudra compter 215 000 € pour acquérir ce magnifique crossover.

 

 

Vous l’aurez compris, les SUV étaient partout durant ce Mondial de l’Auto ! Désormais, il y en a pour tous les goûts et tous les prix. Mais ce qui a marqué ce mondial c’est bien l’émergence des SUV électriques ou hybrides qui débarquent en grand nombre. L’enjeu des constructeurs ayant pris le pari des SUV propres est d’assurer une alternative propre aux SUV généralement gourmands en consommation. En effet, ce Mondial nous aura appris qu’il est désormais possible de conduire un crossover sans pour autant devoir payer un gros malus !

La Peugeot E-Legend : La reine du Mondial 2018

La Peugeot E-Legend a fait sa première apparition il y a quelques jours lors du Mondial, et au vu de son succès durant le salon, elle promet de faire beaucoup parler d’elle. Cette nouvelle concept-car annonce des fonctionnalités et des capacités inédites. On vous en dit un peu plus sur cette concept-car atypique !

Un design peut en cacher un autre

Le design de la Peugeot E-Legend

Parmi ces nombreux atouts, son design est certainement un des plus importants. En effet, au premier coup d’oeil, la E-Legend offre une silhouette incroyablement raffinée. Elle rappelle subtilement la 504 coupé, une voiture emblématique parmi les véhicules de collection. La 504 coupé, commercialisée en 1969, a vu sa production s’arrêter en 1983. Heureusement, le dévoilement de la E-Legend reprend certaines caractéristiques de la 504 coupé. Notamment, on retrouve à l’extérieur des vitrages imposants, des montants très fins et une vitre arrière en trois parties.

Une allure renouvelée

La Peugeot E-Legend et son allure atypique

Pour ce qui est des nouveautés, on observe une malle de coffre plongeante et un pare-choc flottant. Les portières sont dépourvues de poignées, dû à une ouverture des portes automatisée, ce qui donne une allure à la fois moderne et très fluide. Les rétroviseurs sont remplacés par des caméras discrètes annonçant une autonomie de conduite prometteuse. En termes de dimensions, la E-Legend atteint les 4,65 mètres de longueur, pour une faible hauteur représentative des coupés avec 1,36 mètre. Enfin, les jantes offrent une taille raisonnable de 19 pouces.

Un intérieur néo-rétro atypique

L'intérieur de la Peugeot E-Legend

À l’intérieur de cette concept-car, le style néo-rétro, d’ores et déjà visible à l’extérieur, se voit renforcé une fois installé dans l’habitacle. Le revêtement des sièges est entièrement en velours de soie, de couleurs bleu canard. Le plancher, offrant énormément d’espace pour les passagers, est de même couleur que les sièges, cette fois-ci en maille technique. Ce choix de couleur atypique se contraste élégamment avec le bois foncé présent sur les contre-portes et la commande centrale.

Des technologies à la pointe

La Peugeot E-Legend et son incroyable technologie

Dans l’habitacle, on comprend rapidement que la technologie est omniprésente, notamment grâce aux nombreux écrans. Le tableau de bord reprend les 3 cadrans iconiques de la 504 coupé, cette fois-ci ils sont entièrement numérisés. À l’avant, on observe aussi des écrans de 29 » sur les portières. De plus, les pare-soleils cachent également 2 écrans tactiles de 12 ». Et la cerise sur la gâteau, c’est l’écran central incurvé de 49 ». Il permet de projeter des images ou, pour plus de sensations, il est capable de visionner la route directement. Globalement, le design est raffiné et original, le tout avec un niveau de finitions remarquable.

Une concept-car autonome et électrique

L'autonomie à bord de la Peugeot E-Legend

Pour cette ravissante concept-car, l’autonomie est annoncée de niveau 4. Aussi disponible en mode de conduite classique, c’est en mode autonome que la E-Legend se révèle. Le volant et les trois cadrans disparaissent pour laisser place à un maximum de confort et d’espace. En terme de capacité, la motorisation 100 % électrique de 460 ch s’accompagne d’une batterie de 100 kWh, offrant une autonomie de 600 km. La possibilité de charge rapide permet une autonomie de 500 km en 25 minutes seulement.


Quel avenir pour la E-Legend ?

De par un design innovant entre modernité et vintage, et une technologie à la pointe, que ce soit en terme de motorisation et de confort, la Peugeot E-Legend regroupe de nombreuses qualités. Cette dernière promet de faire des merveilles sur le marché de l’automobile, encore faudrait-il qu’elle soit commercialisée un jour. C’est dans la bonne voie étant donné son incroyable succès lors du Mondial de l’Auto de Paris. Aucune date de commercialisation n’est au programme pour le moment. Mais une chose est sûre, elle a déjà conquis de nombreux fans lors de son exposition au Mondial 2018. 

Mondial de l’Auto Paris 2018 : tout ce qu’il faut savoir

Pour sa 120ème édition, le mondial de l’auto parisien frappe fort ! Entre nouveautés, hommage et exposition, vous ne serez pas en reste durant ces onze jours du salon automobile numéro 1. L’équipe OhMyCar vous donne toutes les informations nécessaires pour bien préparer ce mondial très attendu.

Un joyeux anniversaire

La 120ème édition du Mondial de L'Auto de Paris

On l’ignore peut-être mais le Mondial de l’Auto de Paris est le plus ancien de tous. Sa première édition eu lieu en 1898 sur la terrasse du Jardin des Tuileries, alors que l’automobile n’en était qu’à ses débuts. Depuis, son succès et sa notoriété se sont largement accrus. C’est pourquoi, l’idée d’une parade à l’occasion de ce 120ème anniversaire était plus que pertinente. Cette dernière aura lieu le 30 septembre prochain et débutera son circuit à 10h Place de la Concorde. Dans le cortège, on retrouvera 10 véhicules emblématiques qui ont marqué l’histoire du mondial. Ils effectueront une grande traversée de Paris en passant par les lieux marquants de la ville.

Le mondial fait peau neuve

Le nouveau Paris Motor Show

Afin de marquer le coup pour sa 120ème édition, le Mondial de l’Auto va connaître de gros changements cette année. Tout d’abord, son nom et son logo ont été remis au goût du jour. Dorénavant, on l’appellera : le Paris Motor Show ! Autre nouveauté du côté moto : la bécane sera sur les devants de la scène. En effet, le hall 3 sera entièrement dédié au Mondial de la Moto. Enfin, la dernière grande nouveauté de ce salon marque les débuts du Mondial de la Mobilité. Le hall 2 sera consacré aux nouveaux acteurs du numériques et des nouveaux usages et services de la mobilité. Au programme : des nombreuses animations interactives et des conférences variées, toujours sur le thème de la mobilité. C’est donc un mondial 3 en 1 que les visiteurs auront l’occasion de découvrir cette année.

L’essentiel du mondial : l’Auto avec un grand A

La nouvelle peugeot 508 SW sera présente au Mondial de l'Auto 2018

Les têtes d’affiches de ce mondial s’annoncent majoritairement allemandes et françaises. Tout d’abord, Renault présentera son Kadjar restylé. Chez Peugeot, on attend avec impatience la nouvelle 508 SW. Pour Citroën, deux modèles vont faire leur apparition : le C5 Aircross et la DS3 Crossback. Outre-Rhin, on compte pas moins d’une dizaine de nouveautés pour les 3 mastodontes de l’automobile allemande. Pour vous donner un avant-goût, ils exposeront par exemple : la Série 8 coupé et le X5 pour BMW, l’e-tron pour Audi et la Classe B et GLE pour Mercedes. Évidemment, les incontournables supercars seront au rendez-vous pour faire rêver tous les visiteurs. Le hall 1 sera consacré à ces voitures de luxe avec notamment des surprises du côté de Ferrari et d’Aston Martin. Des petits nouveaux feront également leur apparition comme GAC (Chine) et Aspark (Japon). Néanmoins, une mauvaise nouvelle réside dans l’absence de 14 constructeurs dont notamment : Alfa Romeo, Fiat, Infiniti, Volkswagen et Lamborghini…etc. Ils ont annoncé qu’ils ne participeront pas à cette édition pourtant prometteuse.

 

Pour toutes les informations pratiques : rendez-vous sur le site officiel 

Mondial de l’auto 2018 : une longue liste d’absents

L’organisation du prochain Mondial de l’auto à Paris se précise. L’édition 2018 profitera de quelques nouveautés, mais sera surtout amputée d’un grand nombre d’absents. En ce moment, les mauvaises nouvelles pleuvent sur le salon français. OhMyCar dresse la liste des regrettés que l’on ne verra pas cette année.

Mondial de l’auto 2018 : certains ténors du marché excusés

Mondial de l'auto 2018 : liste des absents

Le salon de l’automobile parisien aura lieu entre le 4 et le 14 octobre 2018, mais paraîtra bien vide sans la présence de certains constructeurs. Le fléau de l’absentéisme touche les salons de plus en plus durement. Cette fois, le Mondial de l’auto est loin d’être épargné. En effet, plusieurs grands groupes européens ont prévu de passer leur tour. Il s’agit autant de marques généralistes que de marques de luxe.

Les regrettés, ayant décliné l’invitation, sont Abarth, Alfa Romeo, Fiat, Ford, Infiniti, Jeep, Mazda, Mitsubishi, Nissan, Opel, Subaru, Volkswagen et Volvo. À noter que d’ici l’automne prochain, il pourrait y avoir d’autres (mauvaises) surprises. L’hécatombe est telle que seuls Ferrari et Maserati seront là pour représenter le groupe FCA. Cela assure aux futurs visiteurs leur dose de poudre aux yeux.

Les constructeurs préfèrent les économies

Mondial de l'auto 2018 : l'absentéisme augmente

La liste des absents s’allongent d’année en année. En 2016 déjà, certains grands noms avaient manqué. Aston Martin, Ford, Lamborghini et Volvo ne s’étaient pas montrés. Pour quelle raison ? Certains, à l’instar de Volkswagen en 2018, déclarent ne pas voir suffisamment de nouveautés à présenter. Or, ce n’est pas toujours la vérité. VW, en l’occurrence, entend présenter son futur SUV T-Cross à l’automne, soit dans la période du salon.

En réalité, la cause est plutôt d’ordre financier. La participation à un tel événement coûte très cher. Les frais que représente un stand au Mondial de l’auto à Paris avoisinent le million d’euros. Alors pour optimiser les budgets, les constructeurs choisissent de faire l’économie de la visibilité. Ils sélectionnent quelques salons clés et renoncent aux autres. Désormais, ce sont les salons asiatiques qui ont la côte. En Europe, le salon de Genève est souvent préféré.

Jean-Claude Girot, le commissaire du Mondial de l’auto, n’est pas resté les bras croisés. Il a allégé la durée de l’événement dans le but de réduire les dépenses, mais cela n’a pas suffi. Pour se consoler, les visiteurs profiteront du nouvel espace moto et du hall réservé aux technologies de pointe.

Ford testera ses véhicules dans des conditions extrêmes

Connaissez-vous un lieu aussi suffocant que la désert du Sahara, aussi glacé que l’hiver sibérien et aussi menaçant qu’un ouragan de catégorie 5 ? Réunir ces trois conditions climatiques extrêmes semble impossible. Et pourtant, Ford l’a fait ! Le constructeur américain vient d’annoncer l’ouverture de son centre de tests météo à Cologne, en Allemagne. OhMyCar vous présente cette usine de tous les records.

Bienvenue dans le centre de tests météo de Ford !

Centre de tests météo Ford en Allemagne

Ford vient d’ouvrir, en Europe, une centre météorologique. Le constructeur change-t-il de métier pour faire la pluie et le beau temps ? Non, la firme a seulement à coeur de proposer des véhicules d’une qualité sans faille. L’objectif de cette usine d’un nouveau genre est de mettre chacune des voitures de la marque à rude épreuve. Une Ford Focus fait-elle le poids face à un ouragan ? Comment réagit le Ford Kuga dans des températures extrêmes ? C’est pour répondre à ces questions, et plus encore, que l’américain a ouvert son centre de tests climatiques. Tous les modèles sont concernés et passeront dorénavant une solide batterie d’examens.

Ses machines dernier cri en font le centre météorologique le plus avancé du Vieux Continent. La taille du bâtiment est aussi impressionnante que ce qu’il contient. Avec ses 9 900 m2, il est aussi grand que deux terrains de football. Sa construction a demandé un budget conséquent de 70 millions d’euros. Un investissement dont se réjouit Joe Bakaj, le vice-président de Ford Europe, qui s’occupe du développement produit : “Cette gamme de tests encore plus poussés va garantir plus de confort et instaurer davantage de confiance à nos clients, quelles que soient les conditions météo du pays dans lequel ils vivent”. Bakaj ajoute également : “Traverser ce bâtiment, c’est comme voyager aux quatre coins de la planète en l’espace de quelques minutes, et nos ingénieurs vont pouvoir le faire chaque jour pour continuer à développer des véhicules d’excellente qualité”.

Centre de tests météo Ford : trois souffleries à la pointe

Centre de tests météo Ford à Cologne

Avec trois souffleries et quatres chambres d’essais, les ingénieurs Ford sont capables de reproduire n’importe quelle condition atmosphérique. Pas la peine de partir au bout du monde pour s’immerger dans un environnement périlleux. Le centre de tests météo de Cologne réussit l’exploit de créer un véritable microcosme, réunissant tous les climats existants dans une enceinte unique. À ce sujet, la marque déclare : “Notre investissement majeur dans ce Centre de tests climatiques représente parfaitement la volonté de Ford de créer des véhicules destinés au monde entier”.

Ford est en mesure de simuler une tempête de neige, des températures comprises entre -44°c et +55°c, une altitude de 5 200 mètres, un taux d’humidité allant jusqu’à 95 % ou encore des vents violents. Tout cela est possible grâce aux nouvelles technologies de soufflerie développées par le constructeur.

La capacité d’évaluation simultanée est de dix véhicules. Chacun d’entre eux est testé selon différents critères : le confort, la durabilité, la solidité et la sécurité. Les ingénieurs étudient, entre autres, les systèmes de freinage, l’électronique, l’air conditionné et le chauffage ou encore la traction des charges lourdes.

Salon de Pékin 2018 : la Nissan Sylphy se dévoile

Le stand Nissan du salon de Pékin 2018 présente une berline tricorps qui ressemble à s’y méprendre à une Leaf. Et pourtant, il s’agit bien d’un modèle inédit, baptisé Nissan Sylphy. Il est le premier véhicule 100 % électrique conçu pour le marché chinois par la firme nippone.

Nissan Sylphy : une Leaf tricorps

Nissan Sylphy : 100 % électrique présentée au Salon de Pékin

Nissan est, depuis plusieurs années, le leader mondial de la mobilité verte grâce à sa berline 5 portes Leaf, écoulée à plus de 320 000 unités à travers la planète. Jusqu’à présent, aucun modèle électrique ne s’est aussi bien vendu. De plus, le gouvernement de l’Empire du Milieu a annoncé vouloir favoriser ce type de véhicules à l’avenir. Le marché chinois représente tout de même 1.5 million de ventes. Nul doute que l’expert japonais y a vu un contexte favorable pour faire naître la Nissan Sylphy.

On constate très vite la filiation avec sa cousine Leaf. En effet, l’avant est, à quelques détails près, le même. Pourquoi changerait-on une équipe qui gagne ? C’est ce qu’a dû se dire l’équipe de designers de la marque. La différence majeure tient à la forme de la carrosserie. La Sylphy adopte le trois volume boudé par le Vieux Continent. L’empattement est légèrement élargi.

Perte d’autonomie face à la Leaf

Salon de Pékin 2018 : la Nissan Sylphy s'expose

Côté technique, Nissan reste assez discret. Le constructeur annonce une même plateforme pour ses deux engins électriques, mais ne livre aucune information concernant la motorisation de sa nouvelle berline. On suppose qu’elle sera basée sur celle de sa cousine. Pour rappel, la Leaf abrite un bloc électrique de 150 ch et une batterie lithium-ion de 40 kWh. Tout ce que l’on sait, c’est que l’autonomie de la Nissan Sylphy sera un peu moins bonne (338 km contre 378 km).

La berline tricorps est la première voiture électrique commercialisée sur une longue série. En effet, le japonais prévoit la sortie de 20 véhicules électrifiés dans les cinq prochaines années. Vaste programme, donc !

Quant à l’arrivée de la Nissan Sylphy dans les concessions chinoises, la date est incertaine, mais ce sera d’ici la fin de l’année 2018.

Salon de Pékin 2018 : présentations officielles de la Lexus ES

Le constructeur de luxe japonais Lexus a choisi le salon de Pékin pour présenter au monde sa nouvelle berline ES. Cette septième mouture se veut tout aussi élégante et racée que les précédentes, mais cherche surtout à se démarquer par un dynamisme inédit.

Un design “élégamment provocateur”

Lexus ES 2019 : carrosserie noire

Bonne nouvelle : si les six premières générations de l’ES ont boudé le Vieux Continent jusqu’à présent, la septième version rejoindra bien nos contrées. Ce sera l’occasion pour la clientèle européenne de découvrir ou redécouvrir le luxe offert par Lexus. Elle fera la rencontre d’une voiture “plus spacieuse, plus silencieuse et plus sûre selon les dires du constructeur.

La berline haut de gamme bénéficie d’un travail minutieux, tant au niveau technique, grâce à un nouveau châssis, qu’au niveau esthétique. Les lignes sont complexes, audacieuses et caractérielles. Le designer en chef Yasuo Kajino explique avoir souhaité bousculer “les attentes habituelles des acheteurs” par ce dessin original. Le style du constructeur prend une direction de plus en plus affirmée, quitte à prendre des risques.

Les dimensions de la Lexus ES évolue quelque peu. En effet, elle gagne 65 mm de longueur et 45 mm de largeur. En revanche, elle s’abaisse de 5 mm.

Lexus ES : nouvelle plateforme et moteur hybride

Intérieur de la Lexus ES Sport

À bord, la plage avant est consacrée au bien-être du pilote. L’ergonomie a été au coeur des préoccupations des designers. Résultat : tout ce qui est important pour le conducteur se trouve dans son champ de vision. L’écran d’affichage, le combiné d’instrumentation et l’affichage tête haute sont dirigés vers lui. Comme toujours chez Lexus, le confort est travaillé avec attention. C’est le cas à l’avant, mais aussi à l’arrière. La firme n’oublie pas non plus de doter sa berline d’équipements d’agrément. On trouve notamment le Wi-Fi et une dalle multimédia de 12.3 pouces avec un pavé de commande tactile.

Pour la Lexus ES, le nippon ne change pas ses habitudes en produisant une voiture silencieuse et confortable. Cela dit, il souhaite faire évoluer son image et prouver qu’il peut également faire ses preuves en matière de performances. Pour ce faire, la berline inaugure une nouvelle architecture GA-K, qui allège le poids total de l’auto. Elle profite aussi d’une suspension arrière multibras et de la direction assistée.

Côté motorisations, Lexus opte pour l’hybridation avec un bloc essence 2.5 l quatre-cylindres associé à un moteur électrique compact et léger. L’ensemble libère une puissance de 218 ch.

La Lexus ES se décline également dans une version F Sport avec des éléments techniques et stylistiques spécifiques.

Mercedes Maybach Ultimate Luxury : le plus étonnant des concepts

Cette année, au Salon de Pékin, on découvre un étonnant concept signé Mercedes. Pour cette édition, il devrait avoir tous les regards rivés sur lui. Découvrez la représentation du luxe ultime du constructeur avec son concept baptisé Mercedes Maybach Ultimate Luxury. 

Mariage entre luxe et originalité

Intérieur kitsch et luxueux pour el Mercedes Maybach Ultimate Luxury

Au chapitre design, le Mercedes Maybach Ultimate Luxury n’a pas lésiné sur les moyens. En effet, son but ultime était de manifester sa vision de la représentation du luxe ultime, comme son nom l’indique.

Sa silhouette étonne au premier coup d’œil. C’est un curieux mariage entre un 4×4 et une limousine. Son allure ne manque pas d’élégance mais elle nous laisse perplexe, ça en devient presque déconcertant. Mais c’est au niveau des dimensions qu’il surprend le plus : 5.26 mètres de longueur, 2.11 mètres de largeur et 1.76 mètres de hauteur. C’est un véritable monstre au calibre XXL. A titre d’information, il dispose de jantes 24’’ : le Ultimate Luxury joue dans la catégorie des grands. Sa courte malle arrière, très atypique, attire aussi l’attention.

A l’intérieur c’est une toute autre ambiance qui règne :  luxueux et kitsch, voilà les mots qui nous viennent à l’esprit. Le climat est axé 100% sur le confort. En effet, à l’arrière on trouve des sièges entièrement modulables qui permettent d’avoir une position semi-allongée, de quoi se reposer. Tandis qu’à l’avant, la planche est minimaliste. Les tons pastels or rosé, cristal blanc et perle gris sont parfaits pour vous relaxer. On imagine très bien la vocation de ce véhicule : destiné pour des chauffeurs privés. 

Concept 100% électrique

Un arrière étonnant pour le Ultimate Luxury

Le monstre embarque 4 moteurs électriques délivrant une puissance maximale de 750 ch . Associés à des batteries d’une capacité de 80 kWh, il est en mesure de fournir à ses passagers une autonomie de 500 kilomètres selon l’ancien cycle NEDC, contre environ 320 kilomètres d’autonomie avec le nouveau cycle EPA. Nous avons été surpris par des performances un peu illusoires. En revanche, côté recharge, le concept a l’air plutôt en forme. En effet, sur charge rapide avec une capacité de 350 kW maximal, le Ultimate Luxury serait capable, en seulement 5 minutes, d’avoir les ressources suffisantes pour effectuer 100 kilomètres. La bête peut être rechargée sur borne de recharge, prise de courant classique et par induction.

Côté équipements, ici aussi, le Ultimate Luxury ne pense qu’au confort de ses passagers. On trouve un service à thé chauffant intégré (avec théière et tasses), des sièges massants et différentes ambiances lumineuses. En bref, tout est fait pour que vous vous y sentiez comme à la maison ! La demie limousine-SUV peut  aussi vous proposer différents thèmes musicaux selon votre humeur. 

Pour l’instant, nous ne savons pas si ce concept inspire un prochain modèle pour le constructeur : affaire à suivre !

Corbellati Missile : une bombe de puissance de 1 800 ch

Chaque année, le Salon de Genève est le théâtre des ambitions de nouveaux constructeurs, qui viennent se frotter aux ténors du milieu. Pour l’édition 2018, l’ancien joaillier Corbellati frappe fort avec une supercar prometteuse. OhMyCar vous emmène à la découverte de l’époustouflante Corbellati Missile.

Corbellati Missile : un look particulièrement rétro !

Corbellati Missile : design étonnant

En se baladant entre les stands du Salon de Genève 2018, un véhicule attire tout particulièrement l’attention. Il s’agit de la Corbellati Missile, une supercar imaginée par une start-up italienne. Elle étonne par ses courbes au style néo-rétro, qui rappellent les berlinettes des années 1960. Les plus nostalgiques seront séduits par ses traits proches de ceux de l’Alfa Romeo 33 Stradale. Elle emprunte aussi son look atypique à certaines Ferrari de l’époque. Ces influences retravaillées au goût du jour donne un ensemble étonnant, qui se distingue profondément de ce que l’on peut voir chez la concurrence.

Si l’on regarde dans les détails, le modèle exposé présente des finitions mal maîtrisées. On se dit que la supercar n’est pas encore tout à fait aboutie. Elle ne revêt pas encore son coloris rouge et affiche des jointures peu qualitatives. Pourtant, Corbellati promet un travail précis sur de nombreux points tels que l’aérodynamisme. Tant mieux, car c’est un passage nécessaire pour en faire une bombe de puissance ou, comme son nom l’indique, un véritable missile.

Verra-t-on s’afficher les 500 km/h au compteur ?

Corbellati Missile vue de l'arrière

Outre son allure originale, la Corbellati Missile attire tous les regards sur elle grâce à sa fiche technique impressionnante. Pour le moment, peu de détails sont communiqués, mais la promesse est grande. Pour son arrivée dans le monde automobile, Corbellati démarre au quart de tour. Le jeune constructeur italien se positionne en challenger : Bugatti, Pagani ou encore Koenigsegg n’ont qu’à bien se tenir. Il revendique une puissance maximale, capable de dépasser enfin la fameuse barre des 500 km/h, soit l’objectif ultime de tous les créateurs de supercar.

Pour y arriver, la firme lui offre un V8 9.0 biturbo développant 1 800 chevaux et 2 350 Nm de couple. On en sait malheureusement pas beaucoup plus, notamment sur la provenance de ce moteur dopé de puissance. On ignore également son poids sur la balance, mais au vu de sa composition en fibre de carbone, on table sur un poids plume.

Malgré ces belles promesses, on reste sur nos gardes avant de tirer notre chapeau à Corbellati. Nombre de petits constructeurs se sont déjà brûlés les ailes à force d’être trop ambitieux. En tout cas, on a hâte de voir ce que la Corbellati Missile donnera sur route.

Polestar 1 : une sportive hybride de 600 ch

Polestar est devenue une marque à part entière, la division sportive de Volvo. Elle est spécialisée dans l’électrique de haute performance et dévoile son tout premier modèle. Présenté à l’occasion du Salon de Genève, le Polestar 1 prend la forme d’un élégant coupé hybride : un véritable coup de maître !

Polestar 1 : un air de Volvo

Polestar 1 : nouveau coupé hybride ultra performant

A l’origine, Polestar s’occupait des modèles de courses de Volvo. C’est donc logiquement en 2017 que la marque s’émancipe pour se consacrer aux véhicules sportifs.

Le constructeur a pour ambition de devenir leader des sportives électriques ou électrifiées de hautes performances. Pour cette sortie, Polestar doit marquer les esprits. C’est en effet, ce premier véhicule qui déterminera en l’image de la marque. Pari réussi puisque le Polestar 1 fait l’unanimité auprès du public.  

Ses lignes sculpturales vous disent peut-être quelque chose ? Elles nous rappellent un ancien concept Volvo baptisé Concept Coupé. Ce n’est pas tout, les signatures lumineuses conservent elles aussi l’héritage Volvo. Mais rassurez-vous la calandre ainsi que le logo est bien 100% Polestar. Une chose est sur le coupé ne manque pas d’élégance

À bord, on se croirait presque dans un modèle Volvo. L’écran tactile vertical, le volant, les commandes ainsi que les matériaux sont similaires. Dommage, nous aurions aimé découvrir une exclusivité pour le coup d’envoi de Polestar. L’habitacle reste néanmoins ergonomique et agréable à regarder.

Premier modèle : belles performances

Calandre du Polestar 1 : nouveau coupé hybride ultra performant

Le Polestar 1 revendique appartenir à la catégorie des hybrides, mais c’est avant tout une sportive ! Il embarque un bloc thermique 4 cylindres 2.0 associé à un compresseur mais également à un turbo. De plus, il est équipé de la transmission intégrale. Cet ensemble développe une puissance de 400 ch. S’ajoute à cela, 2 moteurs électriques de 80 kW situés à l’arrière. Au total, le Polestar 1 développe jusqu’à 600 ch et 1000 Nm de couple. Le plus impressionnant ? Le constructeur annonce le 0 à 100 km/h en 3 secondes tout pile : de quoi vous décoiffer !

Sa batterie lithium-ion dispose d’une capacité de 34 kWh revendiquant une autonomie de 150 kilomètres en mode électrique.

Selon la marque, il sera possible de passer sa précommande à partir du 13 mars 2018. On sait déjà que 6000 clients potentiels se sont manifestés pour obtenir le coupé hybride. Cependant, Polestar déclare qu’ils seront en mesure de produire seulement 500 exemplaires par an. Quant aux livraisons, elles sont attendues aux alentours de mi-2019 en Europe. Les prix du Polestar 1 ne sont pas encore connus du grand public mais ils devraient tourner autour des 150 000 €. Attention, cette entrée annonce peut-être un rival de taille pour Tesla.