Citroën e-Méhari : électrique et urbaine

Citroën e-Méhari : réinterprétation moderne d’une légende

La Citroën Méhari est devenue 30 ans plus tard la e-Méhari. Toujours aussi iconique, elle revient avec un design adapté à son époque et avec une vocation environnementale. Ce mini 4×4 raconte une histoire : celle de la liberté.

La Méhari : synonyme de liberté

La légendaire Citroën Méhari

La très célèbre Citroën Méhari a fêté ses cinquante ans le 11 mai 2018. Née en 1968 pendant l’un des plus gros mouvements sociaux de France, comment est-elle parvenue à devenir un tel mythe ? Basée sur une 2CV, la Méhari est un véhicule (très) minimaliste utilisée comme utilitaire. Mais ce n’est pas sa seule terminaison. Pendant ses premières années de jeunesse, période révolutionnaire, on peut l’apercevoir parcourir les plages, sillonner les routes françaises et c’est ainsi que la Méhari est devenue un symbole.

Mais, en 1987, Citroën stoppa la production de la belle. Et, c’est avec surprise que nous avons appris son grand retour, qui a eu lieu en 2016. Remise au goût du jour, la Méhari reste fidèle à ses précieuses origines et n’oublie pas d’où elle vient. Elle a parfaitement réussi à évoluer avec son temps.

L’e-Méhari : un véhicule de loisir

La Méhari des temps modernes : e-Méhari

La e-Méhari a su garder son allure minimaliste tout en mariant fun et ADN 100% Citroën. Son design est entièrement dans l’air du temps. Respectueuse de l’environnement, le cabriolet est totalement électrique. Il développe 68 ch et 166 Nm de couple ce qui lui permet d’avoir une vitesse de pointe de 110 km/h. Ce n’est donc pas un véhicule de compétition mais il est parfait pour de belles balades. Côté autonomie, la bombinette permet d’effectuer 195 kilomètres, ce qui fait d’elle une voiturette urbaine. Le seul reproche que l’on pourrait lui faire, c’est sa batterie composée de Lithium Métal Polymère qui ralentit le rechargement : 16h30 sur une prise domestique contre 10h30 sur un branchement spécifique.

Elle démarre à 25 500 € et à 26 700 € avec un toit rigide. Un tarif élevé sur son segment mais n’oublions pas que le bonus écologique enlèvera à la facture totale 6 000 €.

 

Laisser un commentaire