Future réglementation du controôle technique pour mai 2018

Durcissement du contrôle technique pour mai 2018

Le 20 mai 2018 entrera en vigueur une directive européenne visant à harmoniser le contrôle technique en Europe. L’application de cette nouvelle réglementation impactera considérablement plusieurs organes de l’examen : il devient plus exigeant !

Réforme du contrôle technique

Cette réforme commune à l’Europe a pour objectif de réduire le nombre de victimes sur les routes. Pour arriver à ses fins, la Commission a adopté la directive n° 2014/45/EU relative au contrôle technique qui permet de chasser des routes les voitures présentant un danger pour la sécurité routière. La nouvelle réglementation aura pour conséquence : plus de points contrôlés et plus de sanctions.

Jusqu’à présent, l’examen du contrôle technique inspecter jusqu’à 123 points de vérifications. Aujourd’hui il en compte 132 points. Cela peut paraître raisonnable mais en réalité ces changements impactent fortement le contrôle technique. En effet, ces 9 points en plus ont fait passer le nombre de défauts possibles sur un véhicule de 409 à 600.

Ce n’est pas tout, 3 niveaux de défaillance ont été mis en place :

  • La défaillance mineure comprend 139 points de contrôle avec aucune obligation de réparation.
  • La défaillance majeure inclut 340 points. Si plusieurs points sont défaillants, le véhicule sera soumis à une contre-visite avec un délai de deux mois pour réaliser les réparations (système de freinage, l’éclairage, les pneumatiques, la suspension, la direction, les équipements de sécurité…).
  • La défaillance critique comprend 127 points de contrôle. Leur non-validation entraînera l’immobilisation du véhicule. Concernant la non application de la directive, si vous roulez sans avoir fait réparer immédiatement une défaillance critique, vous recevrez une amende bien salée de 135 €.

Les impacts

Pour rappel, la périodicité du contrôle technique de votre véhicule n’a pas changé : il est toujours obligatoire pour tous les véhicules de plus de quatre ans. Et passé ce délai, vous devez impérativement renouveler votre CT tous les deux ans.

Suite à la nouvelle directive, le contrôle technique devient de plus en plus poussé. La méthode de contrôle évolue : elle requiert plus de temps mais aussi plus de qualifications. Les contrôleurs, en plus de détecter les défauts, doivent évaluer si oui ou non, une défaillance pourrait être fatale pour le véhicule ou pour la sécurité de ses passagers.

Le temps d’effectuer l’examen, actuellement plutôt rapide, devrait donc augmenter. Mais qui dit augmentation du temps de travail dit hausse des prix. Pour l’heure, un contrôle technique coûte entre 50 et 80 €, selon le centre d’expertise choisi. Les prix pourraient grimper au minimum de 20%. Mais ce n’est pas tout, la contre-visite risque bien évidemment de devenir payante à son tour.

Certains d’entre vous ont peut-être d’ores et déjà anticiper cette future réglementation et c’est tant mieux pour vous. Quant aux autres, si vous souhaitez vérifier votre véhicule avant le délai et qu’il s’avère conforme c’est possible. Mais attention, si finalement si ce dernier se révèle inconséquent et que le contrôleur vous oblige à effectuer une contre-visite, si celle-ci dépasse la date du 20 mai 2018, vous allez devoir repasser par la case départ : un contrôle technique appliquant la nouvelle réglementation.

Laisser un commentaire