Essai : Volvo XC60 2017, le sécuritaire

Après 9 ans d’une carrière plutôt glorieuse et le million d’exemplaires dépassé, Volvo a décidé de renouveler son bestseller XC60, afin de lui offrir un nouveau souffle face au trio allemand Audi Q5, Mercedes GLC et BMW X3. L’équipe OhMyCar est montée à bord afin de tester le suédois regonflé à bloc pour conquérir le podium des SUV premium.

Un baroudeur racé

Essai Volvo XC60 : design

Esthétiquement, le XC60 se distingue par un ADN hybride, à mi-chemin entre un break surélevé et un SUV à la mine baroudeuse. Difficile de ne pas remarquer un air de famille avec son grand frère XC90 (auquel il emprunte aussi sa plateforme SPA), avec sa large calandre chromée, son long capot racé horizontal, sa double sortie d’échappement et sa nouvelle signature lumineuse en T à l’avant. L’arrière et les flancs du SUV suédois se sculptent pour un profil plus svelte et athlétique que celui de la première version. Il en résulte une ligne redynamisée et un dessin élégant marqué par la nouvelle identité stylistique que Volvo entend appliquer à toute sa gamme. Sans être révolutionnaire, cette mise à jour cosmétique offre au XC60 un style efficace sans renier le design qui a participé au succès commercial de la génération précédente.

Un confort 3 étoiles

Essai Volvo XC60 : intérieur

Volvo fait honneur à sa réputation avec cet intérieur soigné à l’ambiance zen et naturelle, détonnant résolument avec ce que l’on trouve par ailleurs sur le marché des SUV haut de gamme. Pas le moindre reproche quant à la qualité perçue, qui n’a rien à envier aux rivaux allemands du XC60. Le bois flotté, l’instrumentation digitalisée et l’habillage beige et noir souligné de chrome qu’offre la finition Inscription de notre version d’essai confèrent à l’habitacle un style presque cocoon épuré et chaleureux à la fois, auquel le maintien parfait des sièges n’enlève rien : on y resterait bien toute la journée ! Côté modularité, le XC60 ne lésine pas non plus, avec des sièges réglables à tous les niveaux, proposant même une option massage.

Le modèle phare de Volvo gagne 5 cm en longueur avec ses 4,69 m. Il en résulte un léger gain d’espace aux jambes pour les passagers à l’arrière, où l’habitabilité reste correcte avec une assise très confortable pour les deux places latérales, mais plutôt médiocre en ce qui concerne celle du milieu, tunnel central oblige ! Le coffre, quant à lui, dispose d’un volume de 505 L. C’est mieux que son prédécesseur, mais toujours nettement en dessous de ce qu’offre la concurrence qui se situe plutôt aux alentours de 550 L. Il se rattrape par son aspect pratique, avec son plancher plat une fois la banquette arrière rabattue électriquement, son ouverture mains libres et son seuil de chargement abaissable par le réglage en hauteur des suspensions pneumatiques.

Un SUV cher mais bien équipé

Essai Volvo XC60 : équipement

Au rayon équipement, mieux vaut trop que pas assez, et Volvo l’a bien compris. Dès l’entrée de gamme, le XC60 s’équipe de nombreuses fonctionnalités, avec une attention particulière portée à la sécurité. La finition Momentum (disponible à partir de 49 100 €) offre l’assistant d’évitement aux collisions frontales, l’aide au démarrage en côte, la reconnaissance des panneaux de signalisation, le régulateur et le limiteur de vitesse, mais aussi le radar de stationnement arrière, l’assistant de changement de file et le détecteur de pluie.

Elle dispose également de la fonction Stop & Start, de la climatisation automatique bi-zone et des feux à LED. Côté multimédia, ce premier palier embarque un écran 8 pouces, avec reconnaissance et dictée vocale, commandes au volant, connexion Bluetooth, prises USB et jack. Mention spéciale au système audio Volvo High Performance et ses 8 hauts-parleurs qui offrent une excellente qualité de son à bord.

Le niveau suivant R-Design accessible pour 53 920 € propose en plus la direction assistée électrique, les rétroviseurs et le hayon électriques, la prise de coffre 12 V et le paramétrage de conduite sur la console (5 modes). Il remplace l’écran 8 pouces par un 12,3’’ avec la synchronisation smartphone Volvo On Call, le Wi-Fi et la navigation Sensus avec info trafic en temps réel, entre autres services connectés. Le système est évidemment compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

Enfin, notre finition Inscription abordable pour la coquette somme de 55 220 € sans supplément rajoute pour l’essentiel des éléments de style et quelques gadgets. Aussi, mieux vaut se cantonner aux finitions inférieures, d’autant que les options ne sont pas données !

Un plaisir à conduire

Essai Volvo XC60 : conduite

A l’instar du reste de la gamme, le XC60 s’équipe d’une offre composée de 4 cylindres essence et diesel, dont les puissances s’échelonnent de 190 ch à 407 ch. En ce qui concerne notre version d’essai diesel D5, elle développe 235 ch et un couple généreux de 480 Nm pour animer ce beau bébé, lourd de 1,9 t.

Suppléé efficacement par une boîte automatique 8 rapports, ce bloc offre une qualité de conduite largement à la hauteur des performances attendues pour le segment. Vigoureux sans être envahissant, il promet des reprises et des accélérations qui n’ont rien à envier aux allemands, avec un confort supérieur en prime.

Une excellente insonorisation et un amortissement irréprochable grâce à la suspension pneumatique viennent achever le tableau : difficile de trouver des défauts au XC60 sur route tant il se révèle agréable à conduire, à part peut être un léger manque de précision en virage, dû à son poids.

Néanmoins, le baroudeur suédois s’avère être le compagnon de voyage idéal par bien des aspects et ses nombreuses aides à la conduite ne font que renforcer ce constat, notamment le Pilot Assist (actif en dessous de 130 km/h) particulièrement pratique pour les longs trajets. Avec la correction automatique de trajectoire, la détection d’angle mort et le freinage d’urgence, on jurerait parfois que le XC60 n’a pas vraiment besoin d’un conducteur et qu’il se débrouille très bien tout seul. Avec 7,8 L / 100 km de consommation moyenne relevée au terme de notre essai, le XC60 se révèle peu vorace pour sa carrure.

Le bilan

Essai Volvo XC60 : détail

Malgré une note pour le moins salée, le XC60 deuxième du nom vaut réellement le détour. Avec d’excellentes qualités routières et un confort royal sans oublier un design aussi soigné à l’intérieur qu’à l’extérieur, le XC60 est une excellente premium au quotidien et dispose de nombreux atouts pour gagner une pole position au sein du marché des SUV haut de gamme.

Il est simplement dommage que les prix du baroudeur aient grimpé en flèche avec les nouveautés que l’on trouve chez cette nouvelle génération. Si la marque assure qu’à dotation comparable, son XC60 reste en dessous des prix des concurrents allemands, il n’en reste pas moins que l’écart de tarif avec la génération précédente risque d’en refroidir plus d’un !

On aime

  • Sa synthèse technique bien pensée
  • Son confort
  • Son système audio

On aime moins

  • Les prix très élevés, notamment pour la finition Inscription
  • Les options chères
  • Une perte d’agilité en courbe

Volkswagen présente enfin son T-Roc

Volkswagen vient de présenter le dernier-né de sa gamme SUV : un T-Roc costaud aux prétentions multisegment. Focus sur ce petit frère du Tiguan qui dispose de nombreux atouts pour conquérir un public adepte des crossovers polyvalents.

Un T-Roc sur tous les fronts

Volkswagen T-Roc toit

Volkswagen a dévoilé hier en images son tout nouveau T-Roc premier du nom, SUV intercatégorie de 4,24 m de long et 1,82 m de large, concurrent des petits crossovers urbains Captur, C3 Aircross et 2008, mais aussi des plus grands Qashqai, Karoq et autres Ateca de la catégorie supérieure. Une stratégie déjà vue sur les segments très concurrentiels afin de proposer une alternative “nouvelle” à une clientèle toujours plus exigeante en ce qui concerne les carrosseries les plus populaires.

Avec un empattement de 2,60 m, il devrait présenter une excellente habitabilité, ce que semble confirmer son coffre, dont le volume oscille entre 445 L et 1 290 L une fois la banquette arrière rabattue. C’est mieux que le Qashqai qui affiche pourtant une quinzaine de centimètres supplémentaires en longueur. Bien sûr, le confort à l’arrière ne sera optimal que pour les deux places latérales, à cause de l’éternel tunnel de transmission 4×4 au milieu.

Volkswagen T-Roc profil

Sur le plan stylistique, le modèle de série reste très fidèle au concept, excepté le pavillon “targa” qui a disparu : l’accent est mis sur sa robustesse avec un design compact, viril et dynamique renforcé par une ligne fuyante, une large calandre prolongée par des feux profilés, un capot rebondi et des ailes massives aux traits sculptés. La carrosserie bi-ton trouve un écho dans le cockpit avec des plaquages de même teinte, une offre surfant sur la tendance personnalisable déjà largement exploitée par le C3 et le Captur.

Technologies dernière génération pour le T-Roc

Volkswagen T-Roc intérieur

L’intérieur, qui rappelle celui de la Golf, se dote d’une instrumentation complètement digitalisée intégrant directement le GPS entre les compteurs et de quatre niveaux de finition : Base, Lounge, Carat et Carat Exclusive. En outre, une série limitée First Edition ouvrira le bal des commandes qui débutera en septembre avant une sortie en concessions prévue pour novembre. Suivant les paliers, un écran de 6,8 ou 8 pouces permettra de gérer le système d’infotainment compatible avec Apple CarPlay, Android Auto et Mirror Link.

Au rayon équipement, Volkswagen dote sa nouvelle coqueluche d’un équipement riche de série : dès l’entrée de gamme, les T-Roc bénéficieront du freinage d’urgence avec détection de piétons, du maintien dans la voie, du détecteur de fatigue et des feux à LED sans oublier l’air conditionné.

Volkswagen T-Roc arrière

Côté technique, le SUV musclé reprend la plateforme MBQ des Audi Q2 et Volkswagen Golf et dispose de motorisations essence et diesel : trois TSI de 115 (1.0), 150 (1.5) et 190 ch (2.0) et trois TDI (1.6 115 ch, 2.0 150 et 190 ch). Figurent aussi au programme une boîte manuelle 6 rapports et une DSG7 en deux et quatre roues motrices, mais pour les plus puissantes versions, une transmission intégrale 4Motion 4 modes (Route, Neige, Tout-terrain, Individuel) sera de mise.

Les prix du T-Roc devraient débuter aux alentours de 22 000 €. En attendant de le voir au Salon automobile de Francfort qui débutera le 14 septembre, Volkswagen nous donne un aperçu de ses performances en vidéo :

La location de voiture : choisir le bon véhicule et éviter les pièges

La location de véhicule peut être une alternative très pratique et avantageuse pour ceux qui n’ont pas besoin d’une voiture au quotidien. Suivez le guide : OhMyCar vous explique comment ça fonctionne et vous livre ses conseils pour éviter les mauvaises surprises.

Les conditions d’accès à la location

Location de voiture : le contrat

La majorité des grandes enseignes de location de véhicules exigent que le conducteur soit âgé de 21 ans minimum et ait au moins un voire deux ans de permis à son actif. Sachez aussi qu’il faut généralement une durée minimale de 10 ans de permis pour accéder aux véhicules de prestige. Cependant, ces conditions ne sont pas systématiques : vous pouvez tout à fait vous tourner vers des agences de taille modeste qui sont en général enclines à plus de souplesse que leurs grandes concurrentes.  

Il est aussi possible qu’un supplément soit demandé à la journée pour les jeunes conducteurs et les conducteurs additionnels, c’est-à-dire les tiers éventuels que vous souhaiteriez intégrer au contrat de location.

Le choix de la location

Location de voiture : choisir le bon véhicule

Premièrement, prenez le temps de comparer les prix pratiqués par les sociétés de location sur des sites dédiés comme Carigami, Liligo ou encore Rentalcars. Regardez aussi les programmes de fidélité si vous optez pour une location régulière chez une grande enseigne comme Sixt, Avis ou Hertz : ils peuvent vous permettre d’accéder gratuitement à de nombreuses options et services.

Avant de choisir votre voiture de location, définissez vos besoins au préalable. Quel itinéraire emprunterez-vous ? sur quels types de sol le véhicule sera-t-il amené à rouler ? Combien de personnes voyageront à bord ? Aurez-vous besoin d’une transmission intégrale ? D’un grand volume de coffre ? D’une option chaînes à neige ou siège enfant ? Bien qu’il soit tentant de vous diriger automatiquement vers le coupé de vos rêves, vous poser ces questions avant de vous décider peut vous éviter quelques aléas désagréables durant votre séjour.

Si vous choisissez une voiture de location en ligne, il est possible que l’agence ne vous loue pas exactement celle-ci, mais un modèle équivalent. Ce dernier peut être d’une gamme supérieure, mais pas afficher des dimensions inférieures à celles du modèle souhaité. Si c’est le cas, vous êtes en droit de demander à payer le prix correspondant à une voiture plus petite.

Les précautions à prendre

Location de voiture : inspection

De même que vous faites un état des lieux au moment de louer un appartement, n’oubliez pas d’inspecter la voiture en présence du loueur et de lui faire noter chaque défaut avant de partir avec, afin que celui-ci ne retienne rien sur la caution qui ne soit pas de votre fait. Tant que vous y êtes, vérifiez aussi le kilométrage au cas où votre contrat prévoit un forfait kilométrique à ne pas dépasser.

Prêtez particulièrement attention à l’assurance et à ses conditions, car certaines parties de votre véhicule de location peuvent ne pas être assurées. C’est souvent le cas des parties hautes pour les vans et utilitaires, car la société de location estime qu’un dommage provoqué sur celles-ci sont le fait d’un mauvais jugement de la part du conducteur en ce qui concerne les limites de gabarit indiquées sur la route. Si l’assurance “Responsabilité Civile” est normalement comprise dans le contrat, vous pouvez souscrire à une assurance “zéro franchise” afin de vous affranchir de tout frais supplémentaire en cas d’accident responsable et de dommages. Selon les risques qu’implique votre trajet, vous pouvez aussi compléter cette assurance de base avec d’autres garanties.

Pensez également à demander la politique de l’agence en ce qui concerne les fumeurs si vous l’êtes. En effet, les exigences en la matière varient beaucoup d’une enseigne à l’autre et vous pourrez ainsi vous éviter des frais coûteux de désodorisation.

Et sur la route ?

Location de voiture : sur la route

En ce qui concerne la zone de circulation, sachez que vous êtes libre de passer autant de frontières que vous le souhaitez au sein de l’Europe, sauf exceptions stipulées sur le contrat pour des cas particuliers comme la location d’un véhicule très coûteux.

La plupart des sociétés de location demandent un retour de la voiture avec le plein de carburant, mais ce n’est pas systématique : certaines enseignes louent leurs véhicules avec un tiers du réservoir et exigent la même quantité au retour. Dans tous les cas, pensez à repérer une station-service non loin de l’agence afin de remettre le niveau souhaité avant de ramener la voiture. Veillez également à rendre celle-ci à l’heure, car le loueur peut vous facturer une journée supplémentaire si vous avez plus d’une demi-heure de retard. C’est pourquoi vous réglez la facture au terme du contrat : afin de payer en même temps tous les frais supplémentaires éventuels engendrés durant la durée de la location.

BMW : le futur X2 fait déjà son show

Les premières images officielles du nouveau BMW X2 en tenue de camouflage pour le moins colorée ont été publiées sur le web à un mois du Salon de Francfort où devrait avoir lieu sa présentation au monde automobile.

A un mois de l’IAA, où le modèle de série est supposé être présenté au public pour la première fois, le X2 inédit de BMW a posé en tenue de camouflage haute en couleurs dans un paysage urbain pour un site de lifestyle germano-américain qui a ainsi eu l’exclusivité des premiers clichés officiels du baroudeur, camouflé certes mais photographié sous tous les angles. Une stratégie que la marque avait déjà utilisé pour teaser les derniers X3 et M5.

Issu du X1, dont il reprend la plateforme traction UKL, le X2 de série assez proche du concept sur le plan esthétique affiche une carrure plus musclée et quelques centimètres de moins en longueur, sans oublier le détail qui change tout : une calandre inversée pour lui conférer un caractère plus agressif. Un toit ouvrant est aussi de la partie, ainsi que de larges optiques arrière. Sous le capot, le bruit court que la palette de motorisation comprendra des turbo 3 et 4 cylindres développant des puissances de 116 à 300 ch.

Le X2 devrait à priori se décliner en version tout-chemin avec de larges protections et en version sportive. Ce baroudeur branché devra séduire une clientèle jeune et citadine en quête de tendance sur un marché où la concurrence rivalise de nouveautés sortant à un rythme effréné. Le modèle de série sera commercialisé d’ici 2018.

BMW X2 camouflé premiers teasers officiels avantBMW X2 camouflé premiers teasers officiels toitBMW X2 camouflé premiers teasers officiels arrière

L’électrique à la conquête du marché premium

L’électrification des gammes est l’enjeu du moment pour les constructeurs automobiles. La course à la voiture du futur est lancée, en particulier sur le marché premium où les modèles zéro émission fleurissent peu à peu, rivalisant d’exclusivité et de technologies. OhMyCar fait le point sur le marché européen des électriques haut de gamme.

Les références

Aux premiers pas de Tesla dans le monde alors peu connu de la mobilité électrique en 2003, rien ne laissait présager la ruée vers les véhicules zéro émission que l’on connaît aujourd’hui. Pourtant, en quelques années seulement, le constructeur californien est passé du statut d’outsider à celui de leader mondial en ouvrant un nouveau marché : celui des modèles électriques. Si depuis, l’électrification s’est largement démocratisée sur le segment généraliste, quelques marques affichent des ambitions de plus grande envergure sur le marché premium : offrir de nouvelles alternatives aux modèles Tesla, désormais perçus comme les références  haut de gamme de l’électrique.

Tesla Model S, la pionnière

Tesla Model S

Commercialisée en 2013, la Model S, second véhicule lancé par Tesla après la sportive Roadster (dont les performances avaient généré un formidable coup de publicité pour la marque), fait figure de précurseur dans sa catégorie. La grande berline familiale a rencontré un succès pour le moins spectaculaire, malgré une marque encore méconnue et des tarifs élevés. Un design fort allié à une expérience de conduite totalement nouvelle et un équipement très riche ont participé à sa conquête mondiale, faisant passer les thermiques les plus innovantes pour des petites joueuses au charme suranné.

Restylée en 2016, elle n’a fait que conforter sa pôle position auprès d’une clientèle soucieuse de l’environnement et amatrice de technologies et d’exclusivité. Disponible à partir de 71 800 €, la Model S est le modèle électrique le plus vendus après la Nissan Leaf, ce qui lui confère les meilleures ventes sur le segment électrique premium. Avec des batteries lithium-ion de 60 kWh à 100 kWh, la berline zéro émission offre une autonomie oscillant entre 408 km et 613 km. Autrement dit, il s’agit de la meilleure performance disponible sur le marché électrique.  

Tesla Model X, le futuriste

Tesla Model X

Né en 2015 et livré en France à partir de 2016, le Model X incarne la vision SUV de la gamme Tesla. Le constructeur a misé sur une exclusivité renforcée pour ce modèle avec son design tout droit sorti d’un film de science-fiction, ses portes Falcon et ses sept vraies places. Avec des tarifs débutant à 97 550 € hors bonus écologique, ce baroudeur zéro émission disposant d’une transmission intégrale de série offre une montée en gamme supplémentaire par rapport à la Model S dont il reprend les batteries.

Pour autant, son poids ne lui permet pas d’afficher les mêmes performances que son aînée S. Toutefois, son autonomie variant de 355 à 542 km reste tout de même très respectable. Mais surtout, il est pour l’instant le seul acteur de sa catégorie, ses “concurrents” étant des modèles hybrides haut de gamme.

Tesla Model 3, l’héritière

Tesla Model 3

Petite sœur de la Model S, la Model 3 attendue pour fin 2017 représentera l’alternative abordable de la marque Tesla, pour qui court-circuiter la concurrence en prenant une longueur d’avance commence à devenir une habitude. La berline compacte est annoncée au prix imbattable de 35 000 dollars HT. Si sa dotation n’a pour l’instant pas été détaillée, la Model 3 se prive certainement d’un certain nombre d’équipements afin de garder des tarifs aussi compétitifs. Côté performance, une autonomie de 345 km est prévue pour cette électrique accessible aux lignes sculpturales.

Les challengers

Au vu du succès des modèles électriques et des normes environnementales toujours plus contraignantes pour les constructeurs, ces derniers ont commencé à s’intéresser peu à peu à l’électrification. Si la plupart ont décidé de jouer la prudence en commençant par l’hybridation de leurs modèles, d’autres ont choisi de lancer leur propre gamme 100 % électrique.

BMW i3, la petite bombe

BMW i3

La BMW i3 est au marché haut de gamme ce que la Renault Zoé est au segment généraliste : une citadine zéro émission compacte ultra agile avec un design plaisant et moderne. Résolue à jouer de la côte de popularité de son constructeur, la petite électrique est la première d’une famille plus large à venir : elle inaugure l’ère de la gamme i chez BMW. Commercialisée depuis fin 2013, l’i3 affiche des prix bien plus raisonnables que les rejetons Tesla grâce à son gabarit de poche et à ses performances plus restreintes.

Accessible dès 36 350 € hors bonus écologique, la citadine n’offre que 4 places. Côté performances, deux batteries de 22 kWh et 33 kWh sont disponibles, offrant respectivement 160 km et 200 km d’autonomie en conditions réelles. Un score somme toute limité qui lui confère un succès plutôt discret depuis ses débuts, d’autant que le Range-Extender lui permettant de prolonger son autonomie de 130 km n’est proposé qu’en option pour la modique somme de 4 000 € supplémentaires. L’i3 incarne donc un premier essai prometteur pour BMW mais la marque devra encore l’améliorer pour pouvoir prétendre à une réussite commerciale. En attendant, une déclinaison sportive i3S Performance est annoncée pour le Salon de Francfort fin septembre.

Audi e-tron Sportback, la prochaine génération

Audi e-tron concept petit

Si les concepts de crossovers électriques connectés se multiplient à chaque événement automobile, l’Audi e-tron Sportback est une menace bien réelle pour Tesla : le lancement de ce SUV coupé tout électrique est prévu pour 2019. L’avènement de ce modèle sera l’aboutissement d’un travail de longue haleine chez Audi, qui a pris le parti de développer sa propre technologie électrique nommée e-tron, déjà présente chez ses modèles hybrides.

Avec 3 blocs électriques délivrant une puissance cumulée de 320 à 370 kWh, le SUV électrique aux anneaux promet un 0 à 100 km/h en 4,5 s, avec une vitesse de pointe bridée électroniquement à 210 km/h. Côté autonomie, une capacité de 500 km est annoncée grâce à une batterie optimisée de 95 kWh. En outre, le baroudeur affirme disposer d’un système de charge ultra-rapide : un atout certain pour concurrencer le leader californien. Affaire à suivre, donc…