Volkswagen Scirocco 1,4 TSI 115 ch, l’accueillant

Le Volkswagen Scirocco est sorti en 2008, mais n’a bénéficié d’un restylage qu’en 2014. Ce coupé trois portes 2+2 s’est offert des motorisations modernes et plus sobres. Le bloc 1,4 TSI essence de 115 ch est particulièrement attirant. Le Scirocco conserve sa place à part sur le marché des coupés, avec ses lignes décalées et son excellente habitabilité. Il est en effet le seul coupé de cette taille à pouvoir accueillir confortablement quatre adultes et leurs bagages. Ses lignes originales et acérées, son caractère vif, son habitabilité généreuse pour un coupé le rendent attirant même s’il reste un peu sage.

Un extérieur aux lignes acérées

Détail design carrosserie berline coupée VW Scirocco

Le Volkswagen Scirocco présente des lignes acérées qui furent dessinées pour la première fois en 1974 puis repensées en 2008. C’est un modèle vraiment original qui ne ressemble à aucun autre. Il a été remis à jour en 2014 et s’est offert un nouveau bouclier, un capot à doubles nervures, comme la Golf VII, mais aussi de nouvelles jantes ou les antibrouillards de la Golf GTI. Avec son hayon au nouveau dessin et son diffuseur arrière modifié, il accentue encore son caractère sportif. On aime l’emblème Volkswagen qui pivote sur son axe et sert de poignée d’ouverture pour le coffre. Son capot plongeant et son regard acéré le rendent facilement identifiable.

Une habitabilité généreuse pour un coupé

Sièges avant du coupé Volkswagen Scirocco

Le Scirocco est un vrai coupé, ce qui signifie qu’on doit descendre à l’intérieur pour s’installer. La faible surface vitrée donne un sentiment de confinement agréable, mais qui limite fortement la visibilité arrière. Toutefois, le Scirocco est un coupé habitable qui accueille confortablement quatre adultes et leurs bagages. Ces derniers prennent place dans un coffre au volume de 312 litres et même 1 006 litres quand on voyage en duo. À l’intérieur, la présentation est très sérieuse, les finitions de qualité, mais on aurait aimé un peu plus de fantaisie. Cette dernière est assurée seulement par les trois compteurs situés au sommet de la planche de bord pour indiquer la température de l’huile, la pression du turbo et le temps au tour. Le petit volant à trois branches est agréable à prendre en mains et les sièges baquets assurent un excellent maintien.

Un bloc essence attirant

Voiture coupée Volkswagen Scirocco

Avec son restylage, le Scirocco s’offre un bloc quatre cylindres essence très attractif. Le 1,4 TSI de 125 ch est loin d’être ridicule. C’est un moteur agréable, économique, silencieux et vif. L’amortissement a été revu pour davantage de souplesse et de confort, alors que la direction est précise. Mais on aurait aimé davantage d’agilité. Le moteur 1,4 TSI est capable de belles reprises, même à bas régime, et son association avec la boîte de vitesses à six rapports est une réussite. Avec une consommation moyenne de 6,4 litres en cycle mixte, il est tout à fait convaincant, agréable et facile à utiliser au quotidien comme sur de longs trajets.

Trois niveaux d’équipements

habitacle-berline-volkswagen-scirocco

Le Scirocco est disponible en trois niveaux de finitions : Scirocco, Sportline et Carat. Dès l’offre de base, on a six airbags, la surveillance de pression des pneus, la climatisation, l’assistance au démarrage en côte, le détecteur de fatigue du conducteur, des jantes alliage 17 pouces, le régulateur de vitesse, un volant cuir, mais on regrette l’absence des technologies présentes sur la Golf VII.

Le bilan

Voiture de sport Volkswagen Scirocco vue arrière

Le Volkswagen Scirocco 2014 reste un coupé trois portes 2+2 avec deux vraies places à l’arrière et un coffre suffisamment accueillant pour y loger les bagages de quatre adultes. Avec son restylage, le Scirocco s’est offert des motorisations modernes, sobres, répondant aux nouvelles normes Euro 6. Parmi ces blocs, l’entrée de gamme est assurée par le moteur essence 1,4 TSI de 115 ch qui est tout à fait appréciable. Il se montre agréable à conduire en ville comme sur route. Contrairement à ce que pourraient laisser penser les lignes du Scirocco, ce coupé ne se révèle ni très vif ni très tranchant, mais il se laisse conduire facilement tout en étant agréable au quotidien. Le comportement reste sûr et sain en toutes circonstances et l’on apprécie la sobriété de ce quatre cylindres. Il a un comportement civilisé accessible à tous, mais on regrette le manque de technologies disponibles de série et qui sont présentes chez les concurrents. Comme la Coccinelle, le Scirocco est un modèle à part chez Volkswagen et sa carrière continue en toute tranquillité.

On aime :

  • Le bloc 1,4 TSI 125 sobre et performant
  • Le confort de conduite
  • L’espace à l’arrière
  • Le châssis efficace
  • Les lignes extérieures

On aime moins :

  • La visibilité réduite à l’arrière
  • L’intérieur un peu austère
  • Le seuil de coffre trop haut
  • Le manque de vivacité
  • Le prix

Laisser un commentaire