Essai de la berline Chrysler 200

Nouvelle Chrysler 200, la luxueuse

Depuis des années, la berline 200 de Chrysler ne parvenait pas à se défaire de son image de voiture de location. Mais ça, c’était avant. Depuis la version de 2015, la Chrysler 200 a profilé son extérieur, racé son habitacle et optimisé ses performances pour passer en pole position.

Un design profilé

Chrysler 200, un design profilé

Il a beau s’agir d’une berline, la nouvelle version de la Chrysler 200 ressemble davantage à un coupé depuis le restylage en profondeur du véhicule, en 2015. Avec une longueur de 4,88 m et une hauteur de 1,49 m, le modèle 200 de Chrysler se pare d’une silhouette mince, presque effilée et d’un profil très aérodynamique. A l’avant, la fine calandre contraste avec celle, bien plus imposante, du modèle 300. Les feux avant et arrière de la voiture sont maintenant pourvus d’un éclairage LED et ont été redessinés et affinés pour se présenter plus fins et modernes, en harmonie avec les lignes générales de la Chrysler. A l’arrière, on note l’inspiration des modèles Alfa Romeo pour la lunette arrière qui s’étire dans la continuité de la silhouette du modèle 200, à la manière d’un coupé.

Même l’écusson Chrysler, apparent sur la grille et les feux arrière, a été stylisé pour se fondre dans la nouvelle esthétique du véhicule. Son faciès, maintenant plus étroit et effilé que l’original, est encadré d’une version simplifiée des ailes de la marque.

Un habitacle des plus luxueux

Habitacle de la berline Chrysler 200

Si l’extérieur nous en met déjà plein la vue, avec une esthétique d’une d’un modèle haut de gamme, c’est la refonte de l’habitacle qui est sûrement la plus impressionnante et distingue la Chrysler 200 de ses concurrents. Des couleurs bien choisies, des matériaux aux textures agréables, des finitions travaillées et raffinées… L’intérieur de la Chrysler 200 a tout d’une voiture de luxe !

A l’avant, la console centrale et sa molette rotative permettent de dégager un maximum d’espace pour le conducteur et son passager. Un écran d’affichage, disponible en 5 ou 8,4 pouces, vient afficher le système d’infodivertissement Uconnect, à l’ergonomie très travaillée et qui compte pour l’un des meilleurs sur le marché. Egalement, le tableau de bord est très agréable à regarder : des illuminations dessinent le pourtour des cadrans, en contrastant avec leur obscurité.  Petit bémol toutefois pour les montants du toit qui, par leur positionnement bas, peuvent gêner le champ de vision du conducteur.

A l’arrière, le raffinement est également de mise. Mais si les passagers sont aussi confortablement assis qu’à l’avant, ils ont cependant moins d’espace pour dégager leur tête et étendre leurs jambes. Et pourtant, nous ne sommes pas des géants ! Globalement, la berline Chrysler 200 s’affiche plus petite et moins spacieuse que ses concurrentes. Le coffre est raisonnable, avec ses 411 L de volume, mais on note une baisse par rapport à la version Chrysler 200 de 2015 qui affichait un volume de coffre de 453 L.

De l’énergie à revendre

La berline Chrysler 200, vue arrière

La Chrysler 200 propose également deux motorisations : le moteur 4 cylindres Tigershark de 2.4 L pour le modèle de série, économique et pourvu de la technologie MultiAir de Fiat, et le puissant moteur V6 Pentastar de 3,6 L pour combler les conducteurs des versions haut-de-gamme avec ses 295 ch. A noter cependant que, quelle que soit la version du modèle de Chrysler 200 que vous choisissez, vous disposerez d’une boîte neuf rapports pour profiter pleinement de votre expérience de conduite au volant de la berline !

Dès le démarrage, la puissance de notre 4 cylindres d’essai fait tressaillir l’intégralité de la voiture, et nous avec. Avec un tel pep’s, on se dit que la version quatre roues motrices doit bien valoir le coup pour maîtriser au mieux la bête. La Chrysler répond sans une seule hésitation à chacune de nos commandes et la conduite est un vrai plaisir ! Les neuf rapports de la boîte permettent d’exploiter pleinement les 208 ch de notre version d’essai avec des passages de vitesse très fluides et peu bruyants. Egalement, la suspension est à la fois confortable et sportive. Sans oublier une consommation, un peu gourmande sans exagération : nous n’avons pas dépassé les 8,3 litres pour notre essai. La Chrysler 200 offre une superbe expérience de conduite, alliant puissance, dextérité et silence.

Un équipement complet

Panneau de contrôle de la Chrysler 200

Rien que sur le modèle de série, la berline offre tout un panel d’équipements sécuritaires et pratiques. Des systèmes de contrôle électronique d’antipatinage à l’accélération ou encore de maintien de la stabilité viennent s’ajouter à des freins ABS et une aide au stationnement perpendiculaire.

A l’intérieur, l’écran tactile de 5 pouces qui accueille le très performant système d’infodivertissement Uconnect, peut être remplacé par un écran géant de 8,4 pouces. Egalement on trouve, à l’avant de la console centrale, des prises USB et électriques ainsi qu’un plateau de chargement, pour ne jamais se trouver en panne de batterie, ni à court de musique. Ajoutons à cela le système sans clé ou encore les commandes au volant et l’on peut affirmer sans rougir que la berline Chrysler 200 propose un équipement de série très large ; on imagine donc aisément le luxe dont doivent faire preuve les versions haut-de-gamme du modèle.

Bilan

La Chrysler 200, une voiture puissante

Chrysler a réellement sublimé l’image de son modèle 200 depuis son restylage en profondeur sur la version 2015. Si la berline 200 version 2016 oppose peu de différences avec son aînée, la marque américaine apporte à cette berline les finitions qui lui manquaient pour vraiment sortir du lot et se classer en tête de file de sa catégorie, à savoir les berlines intermédiaires. Pourtant, avec tant d’élégance et de puissance, la Chrysler 200 peut aisément se surclasser auprès de rivales haut-de-gamme.

Les prix s’étalent de 22 715 € à 32 390 € de la version de série à la version haut-de-gamme ; un rapport qualité-prix somme toute respectable étant donné le style de la voiture, le luxe de son habitacle et la puissance de son moteur. Si le grand nombre de concurrents sur ce secteur peut gêner la Chrysler 200 qui tente de se faire sa place, nous ne doutons pas que le soin apporté à cette voiture saura faire son œuvre auprès du public.

On aime :

  • Le style élégant et aérodynamique
  • Le luxe intérieur et les finitions
  • La boîte de vitesse à neuf rapports
  • L’équipement très complet dès le modèle de série

On aime moins :

  • Le manque de place pour les passagers, notamment à l’arrière
  • La visibilité du conducteur potentiellement amoindrie par les montants du toit
  • Le volume du coffre, un poil petit

Laisser un commentaire