En voiture, vous pouvez donner la situation des radars via Facebook

Communiquer l’emplacement des radars ? Oui vous pouvez !

La Cour de Cassation a relaxé des membres d’un groupe antiradars Facebook, condamnés le mois dernier à un mois de suspension de permis. Ce verdict marque la fin d’une longue hypocrisie quant à l’avertissement entre automobilistes.

L’AFP a communiqué le verdict du jugement porté par la Cour de Cassation aux membres d’un groupe antiradars Facebook. Dans son arrêt, la Cour indique que le code de la route “ne prohibe pas le fait d’avertir ou d’informer de la localisation d’appareils, instruments ou systèmes servant à la constatation des infractions à la législation ou à la réglementation de la circulation routière ».

Ce qui signifie que les automobilistes ont le droit d’informer et de s’informer de la localisation des radars routiers. Cette décision met fin à une grande hypocrisie en permettant à tout un chacun de publier la localisation des radars tant que ce n’est pas sous utilisation d’un dispositif. En effet, sont toujours considérés comme interdits “l’usage des dispositifs ou produits de nature ou présentés comme étant de nature à déceler la présence ou perturber le fonctionnement d’appareils, instruments ou systèmes servant à la constatation” des infractions au code de la route.

Vous pouvez donc tout à fait indiquer les emplacements des radars sur un groupes Facebook ; en revanche, ne vous avisez pas d’utiliser un dispositif comme Coyote. Les sanctions peuvent être lourdes, s’élevant jusqu’à 1 500 € d’amende et un retrait de six points sur votre permis de conduire. Sachez néanmoins que le Conseil d’Etat a tout de même autorisé, depuis 2013, l’usage de boîtiers de “solution d’aide à la conduite” destinés à vous indiquer des potentielles “zones dangereuses”.

Laisser un commentaire